Villes fantômes aux États-Unis : le tour des incontournables

0
918
Villes fantômes
Rhyolite ghost sculpture

Retour sur les villes fantômes, particulièrement nombreuses aux États-Unis. Fascinantes, effrayantes, elles attirent de nombreux touristes à la recherche de récits, de frissons et de clichés. Zoom sur ces villes abandonnées aux allures de villages hantés, celles qu’il serait vraiment dommage de manquer…

Bodie, Californie

Proche de la frontière séparant la Californie du Nevada, située à l’est du Yosemite National Park, Bodie est l’une des villes fantômes les plus connues des États-Unis et fait aisément pensé aux films de cowboys se déroulant dans le farwest américain.

Cette ancienne cité aurifère comptait près de 10 000 habitants à la fin des années 1870. Elle doit son nom à Waterman S. Bodey, qui avait découvert des gisements d’or dans les collines avoisinantes. Son activité commença à décliner au début du 20ème siècle, et s’acheva définitivement avec la fermeture de son bureau de poste en 1942.

Aujourd’hui, Bodie est dans un état de « délabrement arrêté » et demeure particulièrement bien conservée. Classée comme parc d’état historique, elle compte près de 100 bâtiments déserts dans lesquels il n’est pas possible de rentrer. Vous pouvez cependant regarder par les fenêtres, et notamment celles des magasins dans lesquels des stocks figurent encore, permettant de voir les produits que les gens de l’époque vendaient.

Les visiteurs de Bodie doivent être avertis, une malédiction pèse sur tous ceux qui oseraient prendre avec eux un artéfact de la ville… Soyez avertis.

villes fantômes
Bodie – Copyright : Wolfgang Staudt

Animas Forks, Colorado

Cette petite ville minière nichée dans les montagnes de San Juan, dans le Colorado, dégage une ambiance particulière et effrayante. Un chemin de terre, des cabanes en bois abandonnées et la chaîne de montagnes qui se profile en arrière plan… De quoi donner quelques frissons à ceux qui débarquent dans cette ville fantôme !

La première cabane en rondins fut construite en 1873 par des prospecteurs en quête d’or et d’argent. Dix ans après, 450 personnes vivaient à Animas Forks durant l’été. À l’automne, celles-ci migraient au sud, vers la ville de Silverton, afin d’éviter la rudesse de l’hiver dans les montagnes. Le déclin de la ville à commencer au début des années 1900 pour se solder en 1920 par l’abandon total des lieux.

Aujourd’hui, Animas Forks présente des bâtiments bien préservés dans lesquels vous pouvez rentrer pour vous imprégner pleinement de l’histoire des lieux. Sans oublier les paysages alentours qui sont à couper le souffle.

Pour vous y rendre, le mieux est de prendre un 4×4 puisqu’Animas Fork se trouve en altitude le long de l’Alpine Loop National Back Country Byway et l’accès n’y est donc pas facile.

villes fantômes
Animas Forks – Copyright : underactive

Rhyolite, Nevada

Rhyolite fait également figure de grand classique parmi les villes fantômes. Nommée d’après la roche volcanique rose que l’on y trouve, cette ancienne cité située près du Death Valley National Park a vu le jour en 1905, attirant des milliers de prospecteurs à la recherche d’or. Un homme nommé Charles M. Schwab aura beaucoup investi dans la ville afin de lui offrir l’accès à l’eau, à l’électricité ainsi qu’une ligne de chemin de fer. Elle jouissait alors d’une activité importante et avait même son propre opéra ! En 1908, elle comptait près de 10 000 habitants.

Suite à plusieurs évènements, Rhyolite fut désertée par ses habitants au début du 20ème siècle, un déclin brutal, presque aussi rapide que son ascension.

La plupart de ses constructions sont en pierre et non pas en bois comme on peut souvent voir. Vous y trouverez plusieurs des bâtiments en ruines, juste des murs pour certains tandis que d’autres maisons tiennent encore debout, dont la gare notamment. À ne pas manquer, The Bottle House, une maison fabriquée à partir de bouteilles de bière, et quelques étranges sculptures fantômes faisant penser à des silhouettes humaines revêtues de draps blancs.

Fait intéressant, Rhyolite a servi de décor pour le film The Island de Michael Bay.

villes fantômes
Rhyolite – Copyright : el-toro

Virginia City, Montana

Virginia City se trouve à environ 3h de route de l’immanquable Yellowstone National Park. Fondée en 1863 suite à la Ruée vers l’or dans la région, elle portera pendant quelques années le titre de capitale du Montana avec près de 10 000 habitants, dont la célèbre Calamity Jane.

Abandonnée à la fin du 19ème siècle, elle est alors rénovée dans les années 40 pour devenir une ville-attraction destinée aux touristes. Vous y trouverez donc de très nombreux bâtiments historiques, vous pourrez également dormir et vous restaurer sur place, essayer différents tours et activités.

villes fantômes
Virginia city – Copyright : Arthur T. LaBar

Calico, Californie

En Californie, dans le désert de Mojave, se tient la ville fantôme de Calico. Celle-ci connue son apogée dans les années 1880 avec plus de 500 mines d’argent et des habitants originaires des quatre coins du monde, venus ici en quête de richesse. Cependant, lorsque le cours de l’argent se mit à chuter, Calico se vida rapidement pour finalement devenir une ville fantôme.

Vers 1950, un homme du nom de Walter Knott décide de racheter le village et de le restaurer entièrement. Aujourd’hui, c’est un parc régional qui attire de nombreux touristes et proposant diverses activités et visites guidées à ces derniers. On peut y voir certains bâtiments originaux mais aussi quelques ajouts imaginés par Walter Knott, comme par exemple la cabane mystérieuse. Ici aussi vous trouverez une Bottle House.

À savoir, l’entrée est payante et la ville particulièrement touristique mais cela vaut le coup de vous y arrêter si vous êtes sur la route allant de Los Angeles à Las Vegas.

villes fantômes
Calico – Copyright : Justin Ennis Ennis

Thurmond, West Virginia

Classée comme lieu historique, la ville fantôme de Thurmond est extrêmement bien préservée et se tient le long de l’ancienne ligne de chemin de fer Chesapeake & Ohio.

À la fin des années 1800, elle prospéra rapidement grâce aux nombreuses mines de charbon environnantes. Elle comptait alors deux hôtels, deux banques, des restaurants, des magasins, et même un cinéma.

Mais son déclin suivit rapidement celui de l’industrie du charbon face à l’invention de la locomotive diesel dans les années 50 et la ville se vida de ses habitants. Il n’en restait que 5 au dernier recensement.

Les bâtiments sont, pour la plupart, en excellent état puisqu’ils ont été réparés et restaurés par le service des parcs nationaux. Le dépôt de train a été transformé en musée et centre d’accueil en 1990.

Nombreux sont les visiteurs qui viennent ici pour voir le centre-ville et la gare étrangement vides, mais surtout pour descendre en rafting la New River Gorge National River dont Thurmond fait désormais partie.

vilels fantômes
Thurmond – Copyright : Dennis Church

Silver City, Idaho

Au cœur des montagnes Owyhee, demeure Silver City, une ville fantôme authentique et encore peu touristique, qui offre aux visiteurs un véritable saut de le passé.

En 1864, la ville voit le jour et se remplit de nouveaux résidents, attirés par l’argent et autres métaux précieux présents dans les mines environnantes. Les années 1880 marquent son apogée et Silver City compte alors plus de 20 000 habitants. Elle comprend des hôtels, des commerces, des maisons et même un hôpital ! Malheureusement, vers 1890, l’éloignement de la ville pousse la majorité de la population à partir.

Silver City comprend des bâtiments d’époque en excellent état grâce aux rénovations effectuées. Il est même possible de dormir dans l’Idaho Hôtel. N’oubliez pas non plus d’aller faire un tour du côté du cimetière pour voir les pierres tombales encore debout des anciens habitants.

villes fantômes
Silver city – Copyright : Jimmy Emerson, DVM

Bonus : North Brother Island, l’île fantôme de New York

New York City, soit le dernier endroit où l’on penserait trouver une ville fantôme, et pourtant… Pourtant cette petite île située sur l’East River a de quoi donner la chair de poule aux visiteurs qui s’y aventurent !

En 1885, elle accueillait l’hôpital Riverside où les patients atteints de maladies infectieuses et mortelles étaient placés en quarantaine. C’est aussi ici que fut admise la tristement célèbre Mary Typhoïde qui mourut sur place. L’hôpital ferma ses portes dans les années 50 et le bâtiment ainsi que l’île furent désertés.

Aujourd’hui, il est assez difficile d’y aller sans avoir obtenu une permission spéciale au préalable mais vous pouvez toujours tenter votre chance !

villes fantômes
North Brother Island – Copyright : reivax
  • Consultez cette carte interactive pour découvrir toutes les ghost towns sur votre trajet aux États-Unis.