The Mother Road

Mythique route 66 qui est devenue le symbole de toute une génération d’Américains épris de liberté et de voyages (motorisés). Elle fut en effet l’icône de la nouvelle Amérique, unie et aventurière. Construite afin de relier l’est à l’ouest - alors très peu connu -, la route 66 a encouragé des milliers d’Américains à prendre la route pour explorer leur pays, et elle est devenue une légende grâce aux nombreux artistes qui l’on célébrée.
Aujourd’hui, la route n’est plus fréquentée que pour le plaisir de découvrir ces succulentes bulles de nostalgie.  Ambiance 50's et 60's assurée. Prêt à prendre la route ?

> La route 66, rôle et légende

La route 66 a assurément transformé les habitudes des Américains. Point de vue pratique tout d’abord, du fait de son statut de première route transcontinentale goudronnée, elle a permis à ce grand pays que sont les Etats-Unis d’être relié, facilitant les échanges et les contacts entre les deux rives. Ensuite, elle a apporté un développement sans précédent dans toutes les petites communes qui la bordaient et fait la –modeste – fortune de milliers d’Américains qui ont pu monter un business. Elle a enfin donné une touche de romantisme sauvage au voyage si bien qu’elle est presque devenue un label pour les routards. Faire la route 66, c’est entrer au royaume des cool.
Des millions de conducteurs ont arpenté cette artère entre l’Illinois et la Californie, des artistes l’ont célébrée, immortalisée en chansons, textes et tableaux. 
Rentrée dans la culture populaire du pays - grâce notamment aux artistes -, la route 66 fait partie intégrante du patrimoine américain. Elle fait même l’objet d’une réelle adoration pour certains. La visiter, c’est pénétrer dans l’Amérique des années 50, avec ses diners, ses stations essence typique et ses quelques ghost towns ici et là.

La place que tient la route 66 dans ce pays ne peut être comprise sans qu’on aborde le rôle de la route. Car rappelons-le, les Etats-Unis sont un pays où l’on se déplace essentiellement en voiture, où l’on déménage souvent dans un même état, mais aussi d’un état à l’autre. Les Américains ont pour la majorité vécu dans plusieurs états. Les populations sont, en somme, mobiles et la route est le moyen privilégié pour se déplacer.

L’industrie automobile est aussi intimement liée au développement du pays. La production de voitures s’est calquée sur la croissance du pays. En 1913, les Américains étaient propriétaires de 1,2 millions de voitures. En 1925, le nombre de voitures était déjà passé à 19 millions. Après-guerre, dans les années 40, et au début des années 50, l’industrie automobile en Amérique connut un boom sans précédent : le nombre de voitures était de 39 millions au début des années 50 et à 74 millions au début des années 60.
C’est ainsi qu’une vraie industrie s’est développée autour de la voiture, et donc, le long de la route 66 : stations essence, motel, garagistes, et ciné auto, un nouveau loisir apparu avec la voiture. Pour avoir une idée, le nombre de ciné-auto est passé de 52 en 1941 à 4500 en 1956.

> La route 66 aujourd'hui

Disons-le tout de suite, cette route se mérite !! C'est d'ailleurs ce qui ajoute à la légende. Car, la Mother Road a perdu de sa superbe. De grandes portions ont en effet soit disparu sous l’herbe sauvage, oubliées, ou bien elles ne sont plus du tout entretenues et donc impraticables car bourrées de nids de poule. D’autant que les indications ne sont pas nombreuses, et il est parfois difficile de retrouver son chemin 66. 

Cependant, aujourd’hui, certaines parties sont encore entretenues et exploitées autour d’anciens bâtiments restaurés pour le tourisme. Des états ont en effet compris l’intérêt de ce patrimoine et de la légende et réhabilitent quelques parties en Historic Road. Et prendre la route 66, c’est plonger dans l’Amérique des années 50, dont certains endroits semblent s’être gelé à cette époque. C’est goûter à l’Amérique profonde de Kerouac, du Train sonnera trois fois

Les nombreux bâtiments art déco décatis, abandonnés ou reconvertis, aux enseignes à néons, aux banquettes en skaï, rappellent l’activité d’alors : anciennes stations essence, commerces, motels ou cafés encadrent la route du début à la fin du voyage. Sans parler des ghost towns, héritières de l’histoire…
Embarquez dans une vieille Américaine et c’est parti pour l’aventure !


> Petite histoire

Dans les années 20, deux businessmen, Cyrus Avery et John Woodruff imaginèrent une « superhighway », une super autoroute (selon les critères de l’époque), entre Chicago et Los Angeles, afin d’étendre les possibilités d’affaire à l’ouest, alors très peu accessible. Il s’agissait de réunir plusieurs portions de route. L’objectif était de créer davantage qu’un nouvel axe qui relierait plus rapidement l’est et l’ouest, le projet était aussi de relier, par une route goudronnée,  les rues principales des villes et villages, afin de dynamiser ces régions et ces centres urbains qui n’avaient, jusque là, aucun accès à des grandes routes.

La Route 66 fut donc la première route transcontinentale goudronnée des Etats-Unis. Joignant l’est à l’ouest, son itinéraire démarrait à Chicago, Illinois, et reliait Los Angeles, Californie, en passant par le Missouri, le Kansas, l’Oklahoma, le Texas, le Nouveau Mexique et l’Arizona. Son tracé fut maintes fois modifié sur de petites portions sans pour autant amoindrir son importance. Elle totalisait 3940 kilomètres et couvrait 3 fuseaux horaires. Le projet de route fut mis en application à la fin de l’année 1926. Ce n’est qu’en 1927 que les panneaux de signalisation furent installés, et son goudronnage ne fut achevé qu’en 1937.

L'arrivée de cette route a en effet sensiblement transformé les habitudes et la circulation. D'abord, facilitant considérablement la traversée des Etats-Unis, elle ouvert la voie vers l'ouest à milliers de personnes avides d’échapper à la misère de l’est. Ce sont les miséreux du Dust Bowl, les Okies (habitants de l'Oklahoma), qui émigrent en masse vers les terres plus vertes et inconnues du Pacifique. Steinbeck l'appelait "la route des réfugiés". Les mouvements de migration vers l’ouest ont été rendus possibles pour tous. 

Ensuite, elle est apparue comme une opportunité exceptionnelle pour des milliers de petits entrepreneurs qui ont profité de l'affluence croissante pour créer des business autour de la voiture et du service. Elle a permis de développer tous les villages et toutes les villes qui la bordaient : de nombreux commerces se sont installés le long de la route : épiceries, stations essence, cafés, hôtels, etc. La route devint ainsi vite le symbole de la liberté (voyager), des opportunités, du changement, de la modernisation (voiture).

Mais après la Seconde Guerre Mondiale, un nouveau plan routier fut mis en place au niveau national. Le système routier avait besoin d’un sérieux coup de jeune, et la route 66 ne pouvait plus supporter son trafic devenu massif. En 1956, le Federal Aid Highway Act, qui lança la construction massive de tout un système d’autoroutes à travers les Etats-Unis, rapide, directe, contournant les petites villes, le « Interstate Highway System » fut construit, rognant ici et là sur les routes existantes, dont la route 66. Et peu à peu, la fréquentation de la route 66 diminua drastiquement. Conséquence, les villages et commerces qui vivaient de l’activité routière périclitèrent petit à petit.
Cependant, à la même époque, elle pris un autre sens, celui de la contestation, et elle accompagne les mouvements beatnik et symbolise les rebelles. Le film Easy Rider la rend culte.

En 1985, elle perdit son appellation de « United States Highway », et disparu des cartes routières nationales.

A la fin des années 80, de nombreuses associations en soutien à la Route 66 se sont créées et ont réhabiliter la route et de la déclarer Route historique. De nombreuses portions font aujourd’hui partie du National Register of Historic Places, et certaines, dans l’Illinois, au Missouri et au Nouveau Mexique, ont été reconnues National Scenic Byways depuis 2005. En 2008, le National Park Service a créé un itinéraire spécifique : Discover Our Shared Heritage.
Aujourd’hui, la Route 66 fait partie de l’héritage américain, et de la culture populaire, et routarde.

> Représentation culturelle

>La route a toujours attisé un intérêt particulier, pour preuve, le nombre de chansons et de livres qu'elle a inspirées. La première période, celle des mouvements de miséreux, a inspiré Steinbeck, bien sûr, et ses Raisins de la colère qui décrit ces mouvements massif d'émigration vers l'ouest. Born to Run, chanson de Bruce Springsteen évoque également cette période.  
Ensuite, c'est son côté romantique et libertaire qui a inspiré. Route 66 est la chanson la plus représentative : écrite par Bobby Troup, elle fut rendue célèbre et mise au rang de standard par Nat King Cole en 1956. Depuis, elle a été chantée par nombre d'artistes : Bing Crosby, Chuck Berry, Charles Trenet...

Born to be wild, de Mars Bonfire, qui a illustré Easy Rider, a collé à l'image de la route, évoquant bikers et liberté. The Mother Road d'Alan Rhody, What’s Left Of 66 de Jason Eklund, Willy Rogers Highway de Kevin Welch, The Long Red Line de Mary Cutrufello sont encore des chansons qui ont célébré la fameuse. Les Rolling Stones, bien sûr, avec leur Route 66 ont contribué à populariser cette image rock'n roll et branchée et surtout, surtout, Kerouac avec son Sur la route et la Beat generation (Ginsberg, Burroughs...)

Une série a même été consacrée à ce mythe, dans les années 60 : Route 66 suivait les aventures de deux jeunes hommes qui voyageaient de Chicago à Los Angeles.
Aujourd'hui, la route 66 est mentionnée dans Cars 1, car Radiator Spring, le village abandonné dans lequel s'est perdu Flash McQueen est une des villes abandonnées de la route 66.

> Un peu de pratique

Vous allez traverser 8 états, 3940 kilomètres et quatre fuseaux horaires.
On compte qu'il faut au moins douze jours pour parcourir la totalité de la distance, mais cela peut vous prendre plus de temps, tout dépend de ce que vous voulez faire.

Vous trouverez de nombreux hôtels/motels bon marché sur la route. Souvent vintage et labellisé route 66. Vous pourrez même dormir sous un tipi...
Vous trouverez également et facilement de quoi vous restaurer : cafés, diners et restaurants bordent toute la route, de même que des stations essence. Tous ambiance 66 !

Pour vous repérer, disons-le tout de suite, la route est très mal indiquée, à part sur certaines parties où elle est devenue une Heritage Road. C’est souvent un peu dur de trouver la route, d’autant que le tracé a été modifié plusieurs fois. Il existe donc parfois plusieurs routes 66 parallèles. Il est donc nécessaire de se munir d’une carte détaillée si vous ne voulez pas rester coincé à Chicago. Vous en trouverez facilement sur la route !

> Itinéraire

Nous proposons un itinéraire d'est en ouest. Mais l'inverse est tout autant passionnant. Prendre simplement quelques portions ici et là est également une option intéressante si vous n'avez pas le temps de parcourir la totalité de la route.
Partir de Chicago pour Los Angeles et parcourir les 4000 km de route, c’est plonger dans l’histoire de l’Amérique, l’Amérique profonde, l'Amérique des petites villes, l'Amérique restée en marge du développement des dernières décennies, une Amérique quelque peu décatie... aussi...
Les états traversés seront les suivants :
- Illinois : environ 484,4 km
- Missouri : environ 510,1 km
- Kansas : environ 20,9 km
- Oklahoma : environ 695,2 km 
- Texas : environ 299,3 km
- Nouveau Mexique = 783,7 km
- Arizona : environ 645,3 km
- Californie : environ 505,3 km

Comme on l'a dit, la route 66 traverse essentiellement les campagnes et les petites villes, qui sont souvent nées grâce à la route 66. Certaines n'étaient que des hameaux, qui se sont développées autour de l'axe routier, qui est devenu la main street. Vous en traverserez donc beaucoup, et pour dire la vérité, ils se ressemblent tous plus ou moins. Leur heure de gloire est clairement passée, de même que celle des commerces alentours. 

> Illinois

L’Illinois, le Prairie State, n’est pas la partie la plus intéressante, du fait de son paysage plat et légèrement monotone, voire lassant. A savoir que cet état fut le premier à achever le goudronnage de sa portion, l’état « mud free » disait la pub. La Route 66 n’a rien révolutionné quand elle est arrivée ici, car l’Illinois disposait déjà d’un réseau routier important. Mais elle a ouvert symboliquement une porte vers l’ouest et donc, vers l’aventure. Dans l’Illinois, vous trouverez des petites bulles de nostalgie partout sur la route, car nombreux sont les établissements aujourd’hui plus ou moins abandonnés qui témoignent d’une activité dense alors, et qui ont toujours des allures d’antan.

Chicago est point de départ de la route 66. La troisième plus grande ville des Etats-Unis n’est plus à présenter, mais c’est une ville à visiter assurément. Le départ est difficile à trouver mais se trouve à Grant Park, un des plus vieux parcs de Chicago. Il fut aménagé dans les années 1830 et a accueilli l’exposition universelle de 1893. 
Avant de prendre la route, vous pouvez faire un tour au Lou Mitchell’s Restaurant, à Chicago, construit en 1949. C’est un des premiers arrêts sur la route et aussi le terminus est de la route 66. Situé 565 West Jackson Boulevard, il accueille autant de touristes que d’habitants de Chicago. Vous traverserez également le fameux quartier d’Al Capone, Cicero, autrefois rempli de gangsters avec de grands bâtiments abandonnés et à moitié détruits. 

Après Chicago, vous traverserez les longues plaines monotones de la région et tenterez de suivre une route défraîchie, pleine de trous et pas du tout entretenue. Ce mauvais état n'est pas recommandé pour les voitures (à part si vous disposez de 4x4). Donc à vous de voir si vous avez envie d’y rester ou de filer sur l’autoroute pour plus de confort. L'Illinois est très construit et vous y trouverez de nombreux villages et villes.
Vous pourrez vous arrêter à Hinsdale, au Dell Rhea’s Chicken Basket, un restaurant qui a ouvert dans les années 30 et qui propose toujours aux voyageurs une carte à base de poulets. De nombreux habitués fréquentent cet établissement. Vous passerez non loin du pénitencier de Joliet, fameux pour avoir accueilli de célèbres prisonniers. Elle sert aujourd’hui de décor de cinéma, notamment pour la série Prison Break.
Vous tomberez sur de nombreuses stations essences typiques comme il en existe des milliers le long de la route. A Dwight, l’Ambler’s Texaco Gas Station, une petite bâtisse en lattes de bois blanc avec des fenêtres aux multiples carreaux. A l’époque, il s’agissait des premières stations essence, et l’objectif était de construire des bâtiments d’aspect résidentiel, jolie maison, accueillante, pour inviter le client à consommer. Elle n’est plus en activité depuis 1999, mais accueille aujourd’hui le Visitor Center. A Odell, la Standard Oil Gas Station, autrefois tenue par la toute puissante Standard Oil Trust Company, est très bien conservée et est, elle aussi, devenue un Visitor Center. A Normal, la Sprague’s Super Service fut la première station essence de la route 66. A l’époque, le trafic était si intense, qu’une seconde station essence s’installa juste en face de la route.

Vous compterez encore quelques bâtiments notables et autres cafés où vous arrêter : l'Illinois State Police Office, à Pontiac, un bâtiment Art Moderne particulier qui date de 1922, le Old Log Cabin Inn, un motel qui date des années 20. Régalez-vous de sirop d’érable à Shirley.
A Atlanta, arrêtez-vous au Palms Grill Café, ouvert depuis 1934, dans le Downey Building, où se côtoyaient voyageurs, les locaux et célébrités. Aujourd’hui, le café est toujours en activité. Pour info, la ville fut littéralement déplacée après 1854 pour la rapprocher du chemin de fer. Aux USA, tout bouge ! Tentez le Dixie Truckers Home à Mc Lean, relais routier ouvert 24h/24. Vous traverserez Springfield, la ville de naissance du célèbre président Abraham Lincoln, puis Litchfield (faites une pause au Ariston Café, ouvert en 1935 durant la Dépression, et toujours très fréquenté aujourd’hui). Et passez la nuit au Belvidere Café, Motel and Gas Station. Ce bâtiment de briques possède un intérieur Art Déco typique des années 1930. Aujourd’hui, seules quelques chambres d’hôtel ont résisté au temps.

Ne loupez pas le Chains of Rocks Bridge, représentatif de la route 66, après Madison, un des ponts les plus intéressants d’Illinois, qui traverse le fleuve Missouri et qui affiche un angle à 30 degrés en son milieu (il est ouvert aux piétons et vélos uniquement). Vous devrez donc passer par le pont McKinley pour rejoindre Saint Louis.

> Missouri

Un peu plus de relief dans cet état qui fut le troisième à achever le goudronnage de sa route. Depuis les collines rondes et boisées (qui donnent l’impression d’être sur des montagnes russes) du centre aux monts Ozarks autour de Springfield jusqu’à la frontière du Kansas, les paysages sont magnifiques. La route suit elle-même un chemin indien d’importance qui traversait l’état, le Great Osage Trail.

Vous débuterez naturellement par Saint Louis, bien que la route soit difficilement repérable dans la ville (la route 66 est aujourd’hui nommée la Bypass Route 66). C’est une des plus anciennes villes du Missouri. Si cela vous intéresse, allez faire une petite visite à la Haunted Lemp Mansion, une « des maisons les plus hantée d’Amérique ». Bouh !

A l’est d’Eureka, vous trouverez le Meramec River US 66 Bridge. Ce pont a été construit en 1931 afin de rejoindre deux portions de route lors de la création de la route et est le centre d’un parc d’état érigé autour de la route 66, la route 66 State Park
A Wildwood, restaurez-vous au Big Chief Restaurant, un ancien hôtel très prisé. En montant sur le plateau, vous tomberez sur le Red Cedar Inn, à Pacific, un joli bâtiment, ancien restaurant qui a fermé en 2005. A partir de ce point, la route va surplomber falaises et grottes, héritages d’une activité minière. A Stanton, vous pourrez visiter des grottes, les Meramac Caverns.
Le Wagon Wheel Motel à Cuba est à voir, car encore en service et vous ramènera 60 ans en arrière. Nostalgie garantie ! 

Visitez le Pulaski County Courthouse, à Waynesville, un joli musée de briques rouges qui présente une exposition sur la Guerre Civile, ainsi que la 1re et 2e Guerre Mondiale. Si vous vous arrêtez à Springfield, surtout, faites-vous une toile au Gillioz Theatre, un vrai cinéma d’époque avec sa façade Art Déco et, si vous préférez le cinéma en plein air, allez à Carthage, au 66 Drive-In (vous ne pourrez pas le louper, vous le verrez de loin), c’est un des derniers ciné-auto en fonctionnement. Sur la route vers Carthage, peu après Halltown, on traverse également une zone peuplée de ghost towns en ruines (Albatros, Rescue,…) Toute l'histoire des Etats-Unis...


> Kansas

Les 37 kilomètres de la route 66 qui traversent le Sunflower State est très bien entretenu comparé aux autres Etats. L’état avait d’ailleurs achevé le pavement de la route avant tous les autres, ceci dit, étant donné le peu de kilomètres qu’il contient, c’était facile ! La route s’appelle désormais State Highway 66.
Trois villes sont traversées, Galena, Riverton et Baxter Springs et ont connu les grandes étapes historiques de l’ouest : traversée des troupeaux et cow boys, raids pendant la guerre civile, l’activité minière… Et cette histoire se retrouve dans les architectures.

Galena est la plus vieille cité minière du Kansas. Elle abritait 30 000 habitants au début du XXe siècle avec commerces, cinéma, banques, hôtels, etc. Aujourd’hui, la plupart de l’activité de la ville a disparu, mais elle conserve une atmosphère particulière de la Route 66. Le Historic District d’Est Galena illustre parfaitement cette époque qui a périclité.

Vous passerez ensuite par le Bush Creek Bridge, un pont élégant qui relie Galena et Baxter Springs, village dans lequel vous trouverez le Baxter Springs Independent Oil and Gas, une ancienne station essence devenue un Visitor Center.

> Oklahoma

Les 640 kilomètres de route entretenus de l’Oklahoma accueillent un trafic plutôt important pour la route 66.
La route 66 a profondément modifié l’histoire de l’Oklahoma, dont la population fut très touchée par le Dust Bowl. Environ 210 000 Okies émigrèrent alors en Californie. Les raisins de la colère de Steinbeck décrivent parfaitement cette période noire. Les villes qui se trouvent sur la route 66 ont l’air d’être restées coincées dans l’histoire. Vous pourrez apercevoir des milliers de reliques de la Mother Road : d’anciennes stations essence, arrêts de bus, motels et autres établissements, parfois réhabilités en points touristiques. 

A Quapaw (du nom du peuple indien qui vivait ici), vous pourrez apercevoir des phénomènes « surnaturels », à savoir des boules de lumière, sur la falaise de Devil’s Promenade Road. Vous traverserez Commerce, qui vit la fin de la virée mythique – et sanglante – de Bonnie and Clyde.
A Miami, vous trouverez des bâtiments à l’architecture espagnole, dont le Coleman Theatre, ouvert en 1929 et reconnu monument historique, qui propose encore une programmation ciné et culturelle variée. Vous croiserez aussi la Miami Marathon Oil Company Service Station, ancienne station essence typique, devenue aujourd’hui un salon de coiffure. De nombreux motels, commerces et autres établissements datent de l’époque orée de la route 66 à Vinita ou Chelsea (Chelsea Motel), Tulsa (Vickery Phillips 66 Station). A Foyil, vous trouverez une tour incroyable, l’Ed Galloway’s Totem Pole Park, exemple d’art folklorique (un peu de folklore ne fait pas de mal), à Tulsa, le 11th Street Arkansas River Bridge à Tulsa, le Bridge #18 at Rock Street à Tulsa à Sapulpa, un magnifique pont en métal tout rouillé.
Quelques bâtiment ont conservé l'ambiance des grands jours : le Rock Café à Stroud, un des rares cafés à avoir survécu en Oklahoma, la Seaba Station à Warwick, une station essence encore en fonctionnement, la Chandler Armory, à Chandler, la Theatt Filling Station, à Luther, l’Avant’s Cities and Jacksons Conoco Service Station à El Reno, ou encore le Provine Service Station à Hydro
Vous serez surpris par l’Arcadia Round Barn, Arcadia, une curieuse grange ronde qui a toujours intrigué voyageurs et locaux ou encore la Milk Bottle Grocery, à Oklahoma City.

Pour un peu d'histoire plus ancienne, ne manquez pas le fameux Fort Reno, construit en 1874, qui servit de poste militaire et commercial aux colons américains, dans leur avancée vers l’ouest, en territoire cheyenne. En poursuivant la route, vous pourrez vous détendre en allant faire un tour dans le McLain Rogers Park, à Clinton, un parc calme et apaisant.  Parce que, n'oubliez pas de faire des pauses. Pour bien profiter de la route 66, il ne faut pas courir, il faut aller à 50km/h et apprécier la lenteur de l'arrière-pays américain.

> Texas

Terminé les montagnes russes et les forêts d’Ozarks d’Oklahoma. Le paysage s’ouvre sur une terre à l’immensité sans limite. Dans un paysage aride et désertique, le ciel devient dominant. La route 66 au Texas, c’est une route droite et pavée (plus ou moins), bordée de gigantesques ranches ici et là.
Le Texas, c’est un paysage de grandes plaintes et de longues terres arides, et la route traverse l’état sur 315 kilomètres.

A Shamrock, vous verrez aussi de beaux bâtiments Art Déco, comme le U Drop Inn, qui n’est plus un café. A McLean, vous trouverez le McLean Commercial Historic District, un joli quartier à visiter, qui fait un peu Ghost Town, d’où un charme particulier et une ambiance totalement route 66. La portion de route jusqu’à Conway est la plus longue et la mieux entretenue du Texas. Cette longue route droite, au paysage sec et plat, voire désertique, correspond tout à fait à l’image qu’on se fait de cette route. C’est ici que vous pourrez expérimenter la vie de routard à la mode « Sur la Route ». Pour cela, supprimez toute présence du XXIe siècle : éteignez votre portable, mettez du jazz à fond et profitez. Vous êtes en plein dedans.
Vous traverserez ensuite Amarillo, qui a prospéré grâce à la route 66 et périclité quand celle-ci perdit son affluence. Vous passerez devant l’ancien Ranchotel, aujourd’hui une résidence privée. Vous devrez aussi visiter le quartier historique d’Amarillo, l’US Route 66-Sixth Street Historic District, qui abrite des monuments passionnants : le Natatorium, la Taylor’s Texaco Station, la San Jacinto Fire Station, etc.

A Vega, vous passerez devant le Vega Motel, pour une nuit sur la route 66. Ne loupez pas la visite du Glenrio Historic District, une ville fantôme comme les Etats-Unis savent en faire. 

> Nouveau Mexique

Une plongée dans la Land of Enchantment est un voyage en soi. Une plongée exotique également, dans un mix de culture indienne, mexicaine et américaine. Si vous venez de l’est, vous aurez l’impression d’entrer dans un nouveau pays : vous trouverez des vieux pueblos indiens, des bâtiments aux allures hispaniques et des vieux centres-villes caractéristiques comme à Santa Fe et Albuquerque. Le Nouveau Mexique, c’était l’aventure et la découverte, alors mettez-vous en condition !

Vous débarquerez dans un paysage aride, désertique et plat (on est dans les grandes plaines), puis, plus vers l’ouest, qui est la partie la plus intéressante, vous trouverez des paysages splendides, avec des plateaux de grès blanc et des forêts de pin à l’horizon. Il ne reste pas beaucoup de portions d’ancienne route 66, mais vous traverserez de nombreuses villes – et villes fantômes – qui  bâties autour de la route 66 (aujourd’hui, autour de l’I-40). Si vous voulez vraiment suivre la vieille route, cela vous prendra du temps, mais le tour n’est pas vain car vous trouverez quelques pépites. Vous pourrez aussi faire quelques détours (vers Inscription Rock et Chaco Canyon entre autres), tant qu’à être ici.

Vous passerez près de Clovis, qui abrite un site archéologique et a eu un rôle dans l’histoire du rock’n roll. Tucumcari est une petite ville agréable, voire branchée, pour une pause d’une nuit.  Vous pourrez dormir au fameux Blue Swallow Motel, un établissement vintage à souhaits. 

Faites une pause café à Santa Rosa, au Club Café, ou au Richardson Store à Montoya, établissements typiques de la route 66. Un arrêt à Albuquerque s’impose, bien sûr : une nuit au Luna Lodge ou au Tewa Motor Lodge, un tour au Barelas-South Fourth Street Historic District, un ciné au KiMo Theatre… Et vous pourrez admirer de magnifiques exemples de l’architecture locale des années 50 (Nob Hill Shopping Center, Jones Motor Company, Maisel’s Indian Trading Post, New Mexico Madonna of the Trail…)

Si vous faite des détours, vous pourrez admirer de beaux bâtiments indiens : Pueblo of Santo Domingo à Santo Domingo, une magnifique habitation Keresan (le peuple indien qui a habité ici), Acoma Pueblo vers Grants, Inscription Rock (El Morro National Monument), le Pueblo of Laguna… Si vous avez le temps, faites le détour pour aller admirer El Malpais, un paysage de lave aux aspects démoniaques, mais aussi Santa Fe.
Passez autant de temps que possible dans l’ouest, faites un tour au Fort Wingate Historic District et passez une nuit au fameux El Rancho Hotel, à Gallup.

> Arizona

L'Arizona totalisent 640 km en plutôt bon état, à partir de Holbrook. Avant, vous aurez des difficultés à repérer le chemin.
Le paysage d’Arizona est 100% Grand Ouest, longues plaines arides rougeoyantes, parsemées de cratères météoriques, de volcans, de forêts pétrifiées et de forêts de pin rafraîchissantes, avec en toile de fond, quelques sommets enneigés ! C’est aussi, ne l'oublions pas, l’état du Grand Canyon !! Les villes sont de petites entités écrasées par le soleil, aux allures de pueblos ou de Far West, arrangées à la sauce des années 60 (néons et un peu d’Art Déco).  
N’hésitez pas à vous arrêter au Painted Desert et Petrified Forest, car vous passerez à côté et passez la nuit au Painted Desert Inn !
Faites une pause à Holbrook, une petite ville vivante et authentique, et vous pourrez dormir au Wigwam Village Motel, dans des tipis (hugh !)

A Winslow, vous pourrez visiter La Posada Historic District, un ancien campement. Vous devrez emprunter l’autoroute souvent, car le route 66 n’est pas toujours praticable. Vous traverserez Meteor City, Two guns, Canyon Diablo (attention à ceux qui ont le vertige), Winona.
Vous vous arrêterez certainement à Flagstaff, entouré des San Francisco Peaks, et où l’ambiance route 66 est garantie !!! Vous pourrez y visiter le Railroad Addition Historic District and Boundary Increase, où l’ambiance des années 50 et 60 a été conservée. N’hésitez pas à faire un tour au Sunset Crater et Wupatki National Monument, au Walnut Canyon, la Hualapai Indian Reservation et au Grand Canyon of course !!!
Ensuite, vous passerez par plusieurs petites villes dont certains édifices méritent le détour : Seligman (Seligman Historic District), Peach Springs (Peach Springs Trading Post), Kingman (Kingman Commercial Historic District, hôtel Brunswick pour une nuit), Goldroad (une ancienne mine, Oatman (incroyable village du Far West) !

> Californie

Le tourisme de Californie se développa grâce à l'arrivée de cette fameuse route 66. Le Santa Monica Pier a depuis toujours représenté le terminus de la route, bien qu'il ne soit pas l'exact bout de la route. A l'époque arrivaient des centaines de familles et de travailleurs en quête d'un avenir meilleur. Plus de 200 000 personnes émigrèrent depuis l'est vers la Californie dans les années de dépression. "Get your kicks on road 66" est devenue l'emblême du voyage et de la route.
La route traverse les vallées plantées d'agrumes, les montagnes et le splendide Mojave desert, pour arriver aux magnifiques plages de Santa Monica, clou du voyage, qui invite à la contemplation et le farniente. La route, étonnamment intacte dans tout l'état et très bien signalisée en tant que Historic Route 66, passe par tous les types de paysages californiens du sud. 

Vous passerez à côté d'El Graces à Needles (un ancien hôtel et une gare désaffectée, en réhabilitation) et d'Harvey House Railroad Depot à Barstow (de vieux bâtiments liés à l'activité ferroviaire). Ensuite, vous pourrez avoir un aperçu du Mojave desert sur la route. Attention à la chaleur écrasante des lieux, préparez bien de l'eau si vous allez le voir de plus près.
A Ludlow, profitez des deux stations essence, du café et du motel car vous ne verrez aucune autre trace de civilisation entre Needles et Barstow.  

Vous passerez par le fameux Bagdad Café, toujours ouvert, par le Cajon Pass, très pittoresque et vous déboucherez sur la San Gabriel Valley, qui est l'entrée de la Californie du sud, chaud, méditerranéen, vallonné, arboré, ultra moderne... et très urbain !!!

A Pasadena avant de prendre la route pour Los Angeles, et pourrez observer de vieux bâtiments typiques, le Foothill Boulevard Milestone, le Howard Motor Company BuildingColorado Street Bridge, le Bekins Storage Co ou le Rialto Theatre. La route 66 n'a pas changé jusqu'à Los Angeles et c'est ici que votre voyage s'achèvera. Errez dans la cité des anges, vers le Broadway Theatre and Commercial District pour achever en beauté votre parcours initiatique route 66. Poursuivez jusqu'à la plage, faites un coup de surf, allongez-vous et laissez-vous porter par le bruit des vagues ! Vous pouvez vous considérer comme labellisé routard 66 et cette expérience unique restera en vous pendant longtemps ! Lucky you ! 

> La galerie photos des plus belles photo de la route 66

Gas Station Museum, Arizona Station essence Hackberry General Store, Arizona Sky Vue Drive In, Litchfield, Illinois Fanning Outpost General Store, Cuba, Missouri
Holbrook, Arizona Roy's, Amboy, Californie Seligman, Arizona Williams, Arizona> Départ de la route, Michigan Avenue, Chicago, Illinois

Liens

Association route 66
Association de protection de la route 66

Copyright photos : Wikipédia, Fotolia, anjuli_ayen the roadr, Xavier de Jauréguiberry, Caveman Chuck Coker, Missouri Division of Tourism, SP8254, Moustyk, Payne, Max, Lance and Erin, mlhradio, David Jones, J. Stephen Conn, alandberning, Frank Kehren, Aviruthmia, Michael R. Swigart, Leo Reynolds, alandberning, Teemu008, Pete Zarria, gobucks2, lumierefl, inkknife_2000, Jingletown, Werkmens, myoldpostcards, lauromaia, eGuide Travel, jimmywayne, darkmatter.