Billy the Kid : l‘une des plus jeunes terreurs de l’Ouest américain

0
154
billy the kid

Billy the Kid, de son vrai nom William Henry McCarty, a été l’un des plus jeunes hors-la-loi du Far West. La légende raconte que le jeune bandit aurait tué 21 personnes, soit une pour chacune des années de sa courte existence. Même si ce nombre est bien souvent considéré comme exagéré, la vie brève de Billy the Kid a bel et bien été aussi sanglante que celle de Jesse James, une autre figure de l’Ouest américain.

La naissance du crime

Billy the Kid serait né à New York, probablement en novembre 1859, bien qu’aucun document ne puissent l’attester officiellement. Ayant vécu dans plusieurs États américains dont le Kansas et le Nouveau-Mexique, William Henry McCarty se retrouve très tôt orphelin : son père meurt au combat durant la guerre de Sécession et sa mère décède des suites de la tuberculose.

Alors qu’il n’a que 14 ans, Billy the Kid se fait connaître dans le milieu du banditisme par le biais de petits larcins. Le jeune homme est notamment accusé d’avoir volé des provisions à un fermier de Silver City au Nouveau-Mexique, ville dans laquelle il a longtemps résidé, puis de les avoir vendus à un épicier voisin, mais aussi d’avoir dérobé des vêtements dans une laverie chinoise. Même s’il ne s’agit pas de braquages du siècle, Billy the Kid est arrêté puis emprisonné, mais réussi toutefois à s’évader.

Réfugié en Arizona, le jeune homme débute alors une courte, mais néanmoins intense, carrière de criminel, tout en prenant soin de brouiller les pistes en utilisant à chaque fois différents pseudonymes. Billy the Kid se fera notamment appeler Henry Antrim, William Harrison Bonney, Kid Antrim ou encore William Antrim.

Une vie de fugitif

Gagnant sa vie en travaillant dans les ranchs et en jouant occasionnellement aux cartes, Billy the Kid commet son premier meurtre, de la légitime défense, en 1877. Lors d’une bagarre dans un saloon de Camp Grant, en Arizona, le jeune homme est plaqué au sol et frappé au visage par un forgeron répondant au nom de Frank « Wendy » Cahill. Avec un instinct de survie, Billy the Kid parvient à dégager son arme et tire à bout portant dans le ventre de son adversaire, qui décédera des suites de ses blessures. À l’âge de 18 ans, Billy The Kid vient alors de tuer un homme, le premier d’une longue série. Interpellé pour meurtre, le jeune homme parvient une nouvelle fois à s’échapper. 

Quelques mois après, de retour au Nouveau-Mexique, William Henry McCarty intègre le gang des « Regulators », impliqué dans une vendetta qui oppose deux entrepreneurs du Comté de Lincoln. L’assassinat de l’un d’entre eux, John Tuntstall, par le clan rival provoque une série de représailles et de contre-représailles. Le gang du jeune Billy the Kid participe activement à cette bataille rangée, tuant notamment le shérif William J. Brady.

billy the kid
Billy the Kid jouant au croquet avec les membres du gang des « Regulators »

Traqué, Billy the Kid parvient à échapper à ses poursuivants. Pas pour longtemps. Le jeune délinquant, dont la tête avait été mise à prix, est rapidement capturé puis condamné en 1881 à la pendaison. Mais alors qu’il est détenu dans la prison du Comté de Lincoln, en attendant l’exécution de sa peine, Billy the Kid tue deux geôliers et prend la fuite de manière spectaculaire.

Finalement, après plus de trois mois de cavale, le jeune homme est abattu le 14 juillet 1881 par Patrick Garrett, l’un de ses anciens amis devenu shérif à Fort Sumner au Nouveau-Mexique.

Un décès controversé

La mort de Billy the Kid reste encore aujourd’hui l’une des plus grandes controverses historiques américaines. Le jeune homme a-t-il bel et bien été tué par Patrick Garrett en 1881, ou a-t-il plutôt succombé à une crise cardiaque dans les années 1950 ? La question reste entière et agite les passionnés puisque les circonstances de son décès reposent seulement sur le livre The Authentic Life of Billy the Kid écrit de la main de Patrick Garrett qui, dans son récit publié en 1882, affirme que la dépouille qu’il a rapportée l’année précédente est bien celle du criminel.

Seulement, des problèmes d’identification ne permettent pas d’authentifier ses dires. Certaines personnes n’ont pas reconnu le corps du défunt, d’autres disent que celui-ci présentait une forte pilosité alors que le jeune délinquant était imberbe, et enfin Patrick Garrett ne toucha jamais les 500 dollars de récompense pour manque de preuves sur l’identité du cadavre.

Ainsi, certains pensent que le shérif n’aurait pas tué la bonne personne, tout en se gardant bien de le dire, et que le criminel aurait alors fui vers le Texas où il serait mort à l’âge de 90 ans.

Toutes les théories restent encore possibles puisque dans les années 1930, un homme de Prescott en Arizona a affirmé être Billy the Kid. Quelques années plus tard, en 1950, un certain Ollie P. Roberts, surnommé Brushy Bill, a lui aussi prétendu être le mythique hors-la-loi. L’homme se lança même dans une action en justice afin de demander une amnistie pour ses crimes, sans toutefois y parvenir.

Billy the Kid, la légende perdure

L’histoire de Billy The Kid est entrée dans la légende commune. Une quantité impressionnante de films et de livres ont été consacrés à la vie du jeune délinquant qui apparaît tantôt comme un meurtrier froid et vil, tantôt comme une victime de la sauvagerie de l’Ouest américain.

billy the kid
« Pat Garrett And Billy The Kid », du cinéaste Sam Peckinpah

En 1930, le cinéma hollywoodien s’est emparé de son histoire avec le film éponyme « Billy The Kid » réalisé par King Vidor. Puis, de nombreuses autres productions se sont succédées, comme la réalisation « Pat Garrett And Billy The Kid », du cinéaste Sam Peckinpah, sortie en 1973 avec Kris Kristofferson incarnant le jeune hors-la-loi face à James Coburn campant le rôle de Patrick Garrett.

La bande-dessinée lui a aussi rendu hommage, mettant en scène Billy the Kid aux côtés de Lucky Luke. Un rôle tenu notamment par Michaël Youn dans le film « Lucky Luke » réalisé par James Huth en 2009.

Marcher sur les traces de Billy the Kid

Les 33 Comtés de l’État du Nouveau-Mexique souhaiteraient s’approprier le personnage mythique de l’Ouest américain, mais seul le Comté de Lincoln est reconnu comme étant sa patrie officielle. Ainsi, le Billy The Kid Museum situé à Fort Sumner, où se trouve d’ailleurs la tombe du hors-la-loi, lui rend hommage. Le musée héberge plusieurs milliers de reliques historiques, allant de la carabine de Billy the Kid jusqu’aux affiches de recherche qui étaient alors épinglées sur les murs des saloons. 

Le tourisme autour de Billy the Kid est par ailleurs en plein essor dans l’État du Nouveau-Mexique où vous avez la possibilité d’emprunter le Billy The Kid Scenic Byway, une route panoramique sillonnant les différentes villes dans lesquelles a vécu le jeune délinquant.

Chiner peut rapporter gros

Quelques photographies de Billy the Kid sont aujourd’hui connues. L’une d’entre elles, prise en 1880 devant un saloon du Nouveau-Mexique alors que Billy the Kid avait 20 ans, a été adjugée aux enchères pour la somme de 2,3 millions de dollars en 2011, alors que le cliché avait été payé à l’époque 25 centimes. 

billy the kid
Billy the Kid serait la deuxième personne en partant de la gauche, sur cette photo vieille de plus de 150 ans

En 2015, un autre portrait, datant de 1878, montrant le célèbre bandit américain en train de jouer au croquet au Nouveau-Mexique s’est vendu cinq millions de dollars aux enchères, alors que la photographie avait été acheté pour deux dollars dans une brocante. 

Plus récemment, un collectionneur russe a annoncé avoir mis la main sur une photographie de Billy the Kid. Le collectionneur espère récompenser ses recherches à un prix à la hauteur de la célébrité du hors-la-loi américain. Ainsi, la photographie a été mise en vente à cinq millions de dollars. Les collectionneurs s’en frottent déjà les mains.