A New-York, les moyens de transport sont légion. Il y en a pour tous les goûts : à pied, métro, bus, taxi, bateau, téléphérique, calèche. Les plus fauchés préféreront le métro, quand les portefeuilles aisés arpenteront les grandes avenues dans les célèbres taxis jaunes. Se déplacer à pied dans New-York est le meilleur moyen d’apprécier la ville malgré sa grandeur. Chaque coin de rue est une curiosité, d’un quartier aperçu dans un film de Scorsese au petit restaurant de burger. Se promener dans les rues de la Big Apple, c’est croiser la richesse culturelle de la ville : ses habitants, aux origines afro-américaines, chinoises, italiennes, irlandaises… Une cité aux 1000 visages, qui vit aussi à travers sa rue. Mais la ville reste immense.

Le moyen le plus économique pour se déplacer à New-York reste le métro, qui fonctionne 24h/24. Il en existe deux sortes : « express » et « local ».
Les « express » desservent seulement les arrêts les plus fréquentés, histoire de gagner du temps, quand les « local » assurent la ligne complète. Le métro peut être aussi l’occasion de visiter la ville, grâce à certaines lignes de métros aériens, qui offrent des vues splendides sur la city. La ligne 7, la ligne F et la ligne J-M-Z notamment.

New-York
Quelque part sous la 8ème avenue

Pour se repérer, le système new-yorkais utilise les termes uptown lorsque le métro va vers le nord, et downtown vers le sud. Chaque côté de la rue possède un sens différent de circulation. Côté prix, un ticket à l’unité, en fait une carte magnétique (Metrocard), côute 2,75  $,  une semaine, 32 $ . Le prix ne varie pas selon le trajet.

Dans certains cas, le bus peut s’avérer un moyen de transport pratique malgré sa lenteur. Comme dans toutes les villes, il est aussi un bon moyen d’observer la vie citadine, l’architecture et la culture, hors des tunnels du métro. L’axe est-ouest, mal desservi par le métro, peut être intéressant en bus. Un trajet coûte 2,75 $, et il est possible d’obtenir une correspondance en demandant au chauffeur un transfert ticket.

Le taxi peut se révéler économique à New-York si on décide de le partager (jusqu’à quatre personnes). Les taxis sont libres si l’ampoule sur le toit est allumée ; pris si elle est éteinte ; et hors service, off duty, si les lumières du côté sont allumées. Le prix d’une course dans un taxi jaune démarre à 2,50 $ et continue à 1.56 $ par kilomètre puis 30 $ par heure pour le temps d’attente.

New-York
Impossible de ne pas trouver rapidement un taxi à New York

Une surcharge d’1 $ est appliquée en période de pointe (entre 16 h et 20 h), et de 50 cents la nuit (20 h à 6h). En moyenne, on rajoute 15% de la course en pourboire.

Les bateaux permettent de relier différents points touristiques de la ville. Le Staten Island Ferry offre gratuitement 25 minutes de traversée jusqu’à la célèbre île, longe la Statue de la Liberté en offrant une vue imprenable sur Manhattan. Pour les amateurs de baseball, les ferries de New-York Waterway assurent des voyages jusqu’au Yankees Stadium.

New-York
Staten Island Ferry

Quant aux catamarans jaunes de New York Water Taxi, ils assurent une dizaine d’arrêts vers les ports de Brooklyn et du Queens pour 5 $ le trajet. Passé ces transports populaires, il reste quelques modes de déplacement à éviter : le vélo et la voiture. Le premier est encore une ébauche dans les rues de New-York, et peut par conséquent se révéler dangereux dans certains endroits de la ville. Le vélo est en plus cher : 40 $ la journée, et 7$ de l’heure pour une location.

Quant à la voiture, avec le trafic, elle est plutôt déconseillée. De plus, si le stationnement est autorisé, il est la plupart du temps limité à 1h. Plus fun, le téléphérique : il passe au-dessus de l’East River et délivre une vue magnifique sur Midtown pour seulement 4 $ l’aller-retour.

Un toit sans se ruiner sur la Big Apple

Allons droit au but : dormir à New-York coûte un bras (voire deux). Un dortoir en auberge de jeunesse se monnaye à plus de 35 $ quand une nuit à l’hôtel dépasse régulièrement les 150$ – dans les plus bas prix – pour une chambre double.

Les tarifs peuvent être de plus très flexibles. Selon la période, la durée, un événement politique, culturel ou sportif ou le quartier, les prix peuvent doubler ou tripler.
L’automne et les vacances de Noël représentent la très haute saison, alors que janvier et février sont les mois les moins courus.
Malgré une offre d’hébergement onéreuse, les bons plans existent. En dehors des auberges de jeunesse, bien plus chères qu’en Europe, et des hôtels, qui pratiquent des tarifs à trois chiffres, les YMCA peuvent être une bonne alternative, même si certains petits hôtels, plus intimistes, pratiquent les mêmes prix.
Ces grands centres d’hébergement détiennent des chambres privées, comme au YMCA Greenpoint à Brooklyn, pour 55 $ la simple, ou 90 $ (sans la taxe de New York, de l’ordre de 14,25 %) la double, salle de bain sur le palier, installations sportives et petit-déjeuner compris. Et il est possible d’obtenir des réductions à la semaine.

New-York

L’été, il est possible de dormir dans les universités, à moindre coût, qui proposent des lits pour tous : dortoir, appartement ou double. Dans tous les cas, ville hautement touristique oblige, le mieux est de réserver à l’avance.

Pour les séjours prolongés, la mode outre-Atlantique tend vers la sous-location ou l’échange d’appartements. Craig’s list est le site internet le plus populaire dans cette catégorie. Gratuit et sans inscription, il permet l’échange et la location d’appartements à New-York. Sur la même idée, The Village Voice, Roomorama et Homexchange Vacation (payant) peuvent être d’une grande aide. Avec Roots Travel, il est même possible de séjourner dans un loft d’artiste à Manhattan. Sans oublier airbnb

New-York la ville de toutes les saveurs

Les traditions culinaires new-yorkaises sont liées au multiculturalisme de la ville. On trouve de tout, du chic, de l’échoppe de rue, du fast-food, des chefs étoilés, de l’américain, du chinois, du coréen, du français. New-York se vantant d’être la ville « la plus mince du pays».

Sur le pouce, les hot-dogs se vendent directement dans la rue. Les pizzas, les burgers et les bagels (sandwich de pain rond) se dénichent à chaque coin de rue. Comme un livre d’occasion chez un bouquiniste, le concours de la meilleure slice de pizza ou du meilleur burger de New-York, alimente des débats envolés et des séries à succès comme How I Met Your Mother.

New-York

Le week-end, les New-Yorkais ont une religion : le brunch. Entre 10h et 16h, souvent après une soirée de la veille arrosée, les locaux mélangent petit déjeuner et déjeuner. On y mange à sa faim et succès oblige, on peut attendre plus d’une heure pour une table de libre dans les restaurants les plus populaires.

Le delicatessen, ou « deli », est un type de restaurant d’inspiration juive new-yorkaise.

Les mets les plus courants sont le pastrami (poitrine de bœuf épicée), servi en sandwich, les cornichons doux géants et le coleslwaw (salade de chou blanc en sauce).

New-York
L’incontournable sandwich au Pastrami

Les diners sont toujours très populaires. Restaurants à l’ancienne, avec ses banquettes rouges, ses serveuses en uniforme et ses cheesecakes en vitrine, ils servent, 24h/24, des pancakes, des eggs benedict, des gaufres, des burgers… Un repas énergique qui contraste avec les restaurants végétariens ou bios qui éclosent un peu partout dans la ville.

Pour sortir, New-York est un bonheur. L’offre est illimitée et ne s’épuise jamais. Les dives sont les pubs de quartier, d’inspiration irlandaise. Ils proposent des happy hours intéressants et sont une bonne occasion d’observer, au comptoir, la vie locale d’un quartier. Les beer gardens rendent hommage à la bière et aux origines allemandes du Nouveau monde.

Les bars ethniques, russes à vodka, karaoké coréen ou bar à saké japonais, colorent la ville. Les bars à cocktails ou les lounge apportent une touche branchée. Les billards et bowlings sont appréciés. Les clubs, les concerts, de jazz, de rock, de funk, d’electro… sont omniprésents. Pour une scène musicale parmi les plus talentueuses et les plus dynamiques du monde.

Les spectacles de one-man-show sont une spécialité de la ville, comme les soirées littéraires sont populaires. Les musées possèdent des collections uniques au monde, comme celles du Guggenheim ou du MoMA

Au cœur de cette ville cinématographique, où l’image se confond à la réalité, il y a à New-York un souffle de vie culturel, un dynamisme citadin et une créativité uniques au monde.

New-York, un des royaumes du shopping

Bienvenue dans la capitale économique au pays du libéralisme. Si en France, on se bat pour préserver le dimanche comme jour de repos, limiter les heures de travail et réguler l’économie dans la tradition de l’Etat-providence, les Etats-Unis, avec New-York comme vitrine, sont le pays où tout s’achète, à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, dans les règles (libres) de l’art de la concurrence.

New-York possède d’énormes malls, des centres commerciaux comme Pier 17, Manhattan Mall ou Target, qui fixe des prix bas sur les vêtements branchés. Pour les amoureux de la mode, les quartiers de Soho (quartier d’Andy Warhol), Madison et la 5th Avenue, envoient du fashion. La mode vintage se découvre à Upper East Side, le week-end à Williamsburg ou le Village, pour des vide-greniers.

Côté bons plans, les œuvres de charité comme la Spence-Chapin Thrift Shop, qui revend des vêtements de haute couture, ou les organismes humanitaires comme l’Armée du Salut, peuvent dissimuler des bonnes affaires.

De même, certains entrepôts, plutôt rares dans New-York, affichent des belles promotions sur des surplus, comme au Paul Smith Surplus (Brooklyn/Williamsburg).

Chez Century 21 (entre Broadway et Church, en face de Ground Zero 22 Cortlandt Street) les vêtements sont soldés jusqu’à -75 %. Pour chiner, on trouve des marchés aux puces à Chelsea avec The Garage et à Brooklyn/Williamsburg avec Artist & Fleas.

Si les librairies indépendantes se font de plus en plus rares, dévastées par les grandes chaînes comme Barnes & Noble, Strand Book Store attire l’attention avec ses livres d’occasion et de collection.

Dans l’East Village ou dans Greenwich Village, les amateurs de musique ne seront pas en reste avec de nombreux disquaires qui proposent vinyles, des albums récents ou des t-shirts. Au rayon des curiosités, le Toys « R » Us de Times Square est le plus grand magasin de jouets au monde. A l’intérieur, une grande roue de 20 m de haut.

New-York
Toys r Us le plus grand magasin de jouet

A Soho, l’Apple Store, grand cube de verre, représente avec classe et style la dynamique récente de la marque de Steve Jobs. Comme un symbole d’une mégalopole branchée et connectée au monde.

Sécurité à New-York

Manhattan est devenue un endroit sûr de jour comme de nuit, évitez quand même les quartiers du Bronx, Central park ou Harlem la nuit, seul de surcroit.  Attention aux pickpockets à Time Square ou Penn Station. Numéro D’urgence : 911 Gratuit de n’importe quel téléphone public.

Météo New-York

Le printemps et l’été indien sont idéaux, en été chaud et humide. L’hiver le froid est glacial et le vent fréquent.

New-York
Central Park en hiver

0/84
0/80
5/105
11/92
16/90
22/86
25/94
24/130
20/100
15/86
N 8/90
D2/86

Légende : Temp en degrés celcius/ Pluie en mm

Liens utiles

Transports

Tous les plans pour découvrir et ne pas se perde dans New-York

Les offices du tourisme (visitors center)

Se loger

Flee Market (marché aux puces )

Sites web New York