El Camino Real, la route historique des missions espagnoles de Californie

0
121
El Camino Real

El Camino Real est le nom de la route historique qui traverse la Californie du nord au sud en reliant les missions établies par les Espagnols entre 1769 et 1823. Au nombre de 21, elles furent fondées dans le but de répandre la foi chrétienne en l’inculquant aux populations amérindiennes, mais aussi d’étendre l’emprise du royaume d’Espagne sur ces terres tant convoitées.

La colonisation de la Californie par les Espagnols

avant que la Californie ne soit officiellement intégrée aux États-Unis en 1850, devenant le 31e état américain, elle est tout d’abord explorée puis colonisée par les Espagnols. C’est un Espagnol qui, pour la première fois, longe la côte de la Californie en 1539. Trois ans plus tard, la couronne d’Espagne envoie des hommes pour explorer la zone Sud de ce territoire inconnu. Mais la colonisation des Espagnols dans cette région déjà peuplée par les Amérindiens ne commence véritablement qu’au 18e siècle.

La colonisation passe avant tout par l’établissement des missions, des avant-postes religieux ayant pour but d’assurer l’implantation de la religion catholique, notamment en évangélisant les peuples autochtones. Par extension, l’implantation progressive des missions permet aux Espagnols de garder le contrôle sur la bande côtière du Nouveau-Monde et de consolider ses colonies, tandis que les Américains étendent peu à peu leur territoire vers l’Ouest.

El Camino Real, la fondation des missions

Les peuples amérindiens, peu hostiles, ne s’opposent pas à l’implantation des colons espagnols ni à la fondation des missions.

En 1769, le père franciscain Junipero Serra, qui accompagne une expédition militaire espagnole depuis le Mexique, fonde la première mission californienne près de San Diego, la Mission San Diego de Alcala. Le site choisi pour l’établissement d’une mission est d’abord béni par le père, une église y est bâtie et, ensuite, les autres bâtiments abritant les cuisines et les habitations sont construits. Puis on cultive peu à peu la terre, on fait pousser des fruits et des légumes, on s’occupe du bétail.

Le père Serra gère les missions jusqu’à sa mort en 1784. Ensuite, c’est le père Fermin Francisco de Lasuen qui reprend les rennes de cette entreprise en établissant 9 missions supplémentaires. La dernière mission, la Mission San Francisco Solano, est fondée en 1823 à Sonoma. Baptisée El Camino Real, ou chemin royal en l’honneur du roi Charles III, la route qui relie ces 21 missions historiques s’étend sur quelques 600 miles (965 km).

mission carmel en californie
L’église de Mission Carmel

Partir sur les traces des missions d’El Camino Real

Partir à la découverte d’El Camino Real, c’est joindre l’utile à l’agréable en s’offrant un road trip le long de la côte Pacifique californienne. Les missions sont toutes accessibles en suivant la Pacific Coast Highway ou la Highway 101, et se situent globalement entre San Diego et San Francisco. Elles sont toutes espacées d’une cinquantaine de kilomètres environ.

Seules deux missions sont encore gérées par les Franciscains, Santa Barbara et San Miguel, mais la plupart d’entre elles sont toujours opérationnelles et peuvent se visiter. Certains édifices sont protégés pour leur importance historique et archéologique, tandis que d’autres ont dû être entièrement reconstruits après avoir été endommagés par des tremblements de terre ou des incendies.

Les incontournables d’El Camino Real

Vous n’aurez probablement pas l’occasion de visiter chacune des 21 missions espagnoles de Californie en un seul voyage, mais vous pouvez toujours choisir de découvrir les plus emblématiques et ne parcourir qu’un tronçon du Camino Real. Sachez que son tracé est marqué par des cloches suspendues au-dessus d’un écriteau où il est inscrit « Historic El Camino Real ».

Cinq missions immanquables du nord au sud :

  • La Mission Dolores. Située à San Francisco et fondée en 1776, elle est la seule mission toujours intacte à avoir été établie par le père Junipero Serra.
  • La Mission Carmel. L’église de cette mission fondée en 1770 est dotée d’une architecture incroyable, qui lui vaut d’être classée monument historique.
  • La Mission Santa Barbara. La « Reine des Missions » mérite amplement son surnom, avec ses deux clochers, son entrée à colonnades, ses vastes jardins et ses superbes vues depuis les collines où elle est plantée.
  • La Mission San Juan Capistrano. Elle est dotée d’un très beau jardin et d’un clocher. De mars à octobre, des hirondelles viennent y faire un ballet qui ravit les visiteurs.
  • La Mission San Diego de Alcala. Seule la façade de cette belle église blanche n’a pas été rénovée, mais elle mérite que l’on s’y arrête parce qu’elle fut la première à être établie. Elle est, en plus, facilement accessible grâce au trolley qui la relie au centre de San Diego.
mission san juan capistrano en californie
Les jardins de la Mission San Juan Capistrano

Notez que les horaires d’ouverture sont variables selon les missions, mais ils s’étendent généralement de 9h à 17h. Un tarif d’entrée, lui aussi variable, est généralement applicable.

Liens utiles

La section consacrée aux missions espagnoles de Californie sur le site officiel des parcs californiens.