Frisco, la fog city et le berceau de la Beat Generation

Il y a des villes qui font du bien. Qui s’éloignent des paillettes, du tourisme, du fringant et de la haute société. Qui au contraire apportent des progrès, une ouverture et une contre-culture. Loin des étoiles de Hollywood Boulevard, des gratte-ciel de Manhattan et des machines à sous de Vegas, San Francisco est de ces villes qui rafraîchissent l’Amérique et son rêve tant vanté.

C’est à S. F. que démarre le mouvement hippie qui révolutionnera les années 1960 et 1970. Les défricheurs de la contre-culture et de l’apologie de la liberté se nomment Kerouac, Ginsberg ou Burroughs, déjà pionniers de la Beat Generation. En 1969, Janis Joplin, qui habite la ville, enflammera l’un des plus grands festivals de musique de tous les temps, Woodstock. Un air d’ouverture au monde et aux idées se diffuse alors à San Francisco. Harvey Milk, récemment joué à l’écran par Sean Penn, deviendra le premier élu ouvertement homosexuel dans une grande ville des Etats-Unis en 1977.

S. F est une ville à part dans le mythe américain. Derrière son pont doré et ses collines, un tiers des habitants a des origines étrangères. Un eldorado ethnique où cohabitent des communautés chinoises, hispaniques ou irlandaises, des cultures hippies, gays ou étudiantes à travers deux des plus prestigieuses universités américaines, Stanford et Berkeley.

Dans le film psychédélique Las Vegas Parano, qui résumerait bien l’un des surnoms de la ville, Fog City, dû au brouillard qui enveloppe couramment S. F., Johnny Depp raconte : « Être à San Francisco dans les sixties, signifiait vivre à une époque et dans un lieu bien particulier. Mais aucune explication, aucun mélange de mots, de musiques, ne peut restituer ce que c’était d’être et de vivre dans ce coin du temps et de l’espace. Quoi que ça ait pu vouloir dire … Il y avait de la folie dans tous les sens, à toute heure. On pouvait allumer des étincelles partout. Il y avait ce sentiment extraordinaire que quoi que nous fassions, c’était juste que nous étions en train de gagner. Et ça je crois, c’était la force qui nous poussait ».

Le top 10 pour une première visite

San Francisco
Le Golden Gate Bridge, pensé par Joseph Strauss et inauguré en 1937, vitrine de la ville, est probablement le pont le plus connu du monde
San Francisco
Cable cars
San Francisco
Chinatown
San Francisco
Les Painted Ladies
San Francisco
La célèbre Lombard Street, vue dans de nombreux films comme guet- apens avec Steeve Mac Queen
San Francisco
L’île, au large de S. F., Alcatraz fut la prison la plus célèbre et l’une des plus hermétiques des Etats-Unis avant sa fermeture en 1963.
San Francisco
Sur Telegraph Hill, la Coit Tower, hommage aux pompiers, délivre une vue splendide sur S. F.
San Francisco
Le Pier 39 qui rassemble des boutiques , restaurants et une vue imprenable sur les centaines d’otaries qui s’y prélassent
San Francisco
Haight-Hashbury, un quartier historique lié à l’été 1967, Summer of Love, où 100 000 jeunes du monde entier se regroupèrent pour promouvoir la culture hippie
San Francisco
Sausalito, une ville sur l’eau, de hippie dans les années 60 à un quartier résidentiel chic sur l’eau.
l’embarcadero
San Francisco
Palace of fine arts, Un bâtiment très photogénique d’architecture néoclassique, aux abords d’un lac artificiel, inauguré en 1915 lors de la Panama Pacific Exhibition.

Les quartiers de San Francisco

Chinatown : le quartier chinois de San Francisco est l’un des plus importants des Etats-Unis, tant la communauté chinoise est forte à S. F. Au cœur du quartier, Portsmouth Square, place paisible, abrite une sculpture en forme de navire en l’honneur de l’auteur de l’Île au trésor, Robert Louis Stevenson.

– Union Square : la place chic de S. F avec ses hôtels et ses commerces de luxe. Petite rue, la piétonne Maiden Lane héberge pignon sur rue des restaurants réputés.

– Financial District : poumon économique de la ville, le quartier abrite les entreprises et les gratte-ciel, cela dit moins nombreux que dans la plupart des centres d’affaires des grandes villes américaines. On retrouve un centre commercial, la Crocker Galleria, et un musée historique au parfum de ruée vers l’or, le Wells Fargo History Museum.

– Embarcadero : le quartier abrite le fameux Ferry Building Marketplace, qui s’éveille les mardis, jeudis et samedis pour le marché. Ce front de mer est prolongé par l’Herb Caen Way…, agréable promenade sous palmiers. De là, se profile l’impressionnant Bay Bridge, long de 7 kilomètres, qui relie Oakland.

– South of Market : surnommé SoMa, le quartier abrite un musée intéressant, le San Francisco Museum of Modern Art, un centre artistique, les Yerba Buena Gardens, un musée des nouvelles technologies pour les enfants (Zeum), un centre commercial avec cinéma IMAX (Metreon), et même un musée de la BD, le Cartoon Art Museum.

– North Beach : le quartier est rattaché à la Beat Generation de Kerouac et ses amis, que le journaliste du San Francisco Chronicle, Herb Caen, surnommera beatniks (« beat » signifiant « exténué » mais en même temps « rythme » en musique ; et « nik » vient de Spoutnik, nom du satellite russe), terme péjoratif pour décrire un mouvement de «communistes» révolutionnaires, chevelus, désordonnés. Ainsi, le Vesuvio Café, qui accueillit l’auteur de « Sur la route » ou Allen Ginsberg, héberge son lot d’intellectuels et de fans de la Beat Generation. Chez City Lights Booksellers & Publishers, l’ambiance est à l’égarement littéraire, dans celle qui fut la première maison d’édition de Kerouac.

Définitivement culturel, le quartier abrite également la tour verte de Francis Ford Coppola, la Colombus Tower, qui renferme sa boîte de production, American Zoetrope. Plus haut, sur Telegraph Hill, la Coit Tower délivre une vue splendide sur S. F. A l’ouest, Russian Hill offre également une vue impressionnante, après avoir slalomé sur les virages en épingle de Lombard Street.

– Fisherman’s Wharf : très touristique, l’endroit est envahi de visiteurs venus profiter des restaurants de fruits de mer, des spectacles de rue et des boutiques de souvenirs. Le quartier est tout de même à voir pour sa colonie d’otaries installée au Pier 39, et se révèle être le port d’embarquement pour la prison d’Alcatraz.

– Alcatraz : l’île, à 2,5 km de la ville, fut la prison la plus célèbre et l’une des plus hermétiques des Etats-Unis avant sa fermeture en 1963. Le site, surnommé The Rock a été immortalisé au cinéma, notamment dans L’évadé d’Alcatraz, où Clint Eastwood campe Frank Morris, véritable évadé en 1962, que l’on ne retrouva jamais, présumé noyé. Vu la popularité du site et son accès restreint (300 visiteurs maximum en même temps), il est préférable de réserver à l’avance.

– Marina : un quartier aisé avec des espaces verts et des balades agréables. On retrouve ici le Palace of Fine Arts, magnifique bâtiment à colonnes aux abords d’un lac artificiel. L’Exploratorium est un important musée de la science créé par Robert Oppenheimer.

– Presidio : un immense parc, qui abrite le Walt Disney Family Museum, un musée qui revient sur la vie et l’œuvre de Walt Disney. Mais le Presidio marque surtout l’accès au plus célèbre pont du monde, le Golden Gate Bridge, pensé par Joseph Strauss et inauguré en 1937. Il relie S.F. à la ville de Sausalito. En dessous du Golden Gate, se dresse Fort Point, ancien fort pendant la guerre de Sécession.

– Golden Gate Park : ce parc, entre ses kilomètres de sentiers et ses lacs, abrite un important musée d’histoire naturelle, un aquarium, un planétarium et un laboratoire au cœur de la California Academy of Sciences ; un jardin botanique ; un musée des Beaux-arts (De Young Museum) ; un jardin japonais, et même un enclos à bisons.

– Civic Center : le quartier renferme le City Hall, lieu historique aux évènements heureux (le mariage de Joe Di Maggio avec Marilyn Monroe) ou tragiques (l’assassinat d’Harvey Milk), ainsi que la bibliothèque et son musée asiatique, le plus impressionnant des Etats-Unis.

– Haight-Ashbury : un quartier historique lié à l’été 1967, Summer of Love, où 100 000 jeunes du monde entier se regroupèrent pour promouvoir la culture hippie. C’est en mai de la même année qu’est diffusée la célèbre chanson interprétée par Scott McKenzie, San Francisco. Le quartier est jalonné de librairies, de maisons victoriennes, de boutiques et de cafés. Au 112, Lyon Street, se trouve l’ancienne demeure de Janis Joplin, égérie du rock, et membre du « club des 27 », ces chanteurs mythiques morts à 27 ans.

– Richmond : quartier multiculturel, Richmond abrite un musée à l’impressionnante collection européenne (Monet, Picasso, Rembrandt..), le California Palace Legion of Honor, au cœur du Lincoln Park.

– Les environs de S. F : l’agglomération de S. F. couvre des sites charmants comme Sausalito, de l’autre côté du Golden Gate ; Berkeley et Stanford pour leurs célèbres universités ; ou encore Angel Island pour des randonnées et des vues superbes. A noter que les plages de S. F. comme Ocean Beach ou Lands End Beach, sympas pour des balades, sont plus limitées côté baignade en raison d’une température de l’eau plutôt froide.

Lire : San Francisco coté pratique