Nature sauvage américaine : dangers et précautions

0
25
nature sauvage américaine

Si vous souhaitez effectuer une randonnée, une balade en canoë ou un périple à vélo dans la nature sauvage américaine, il faut être conscient des potentiels dangers. Les États-Unis abritent des espèces riches et diversifiées mais qui peuvent parfois présenter de réels risques. Mieux vaut être vigilant, sans pour autant tomber dans la psychose.

Les alligators et les crocodiles

dangers

Les alligators et les crocodiles se trouvent en grande majorité dans le Sud-Est des États-Unis, notamment en Floride dans le parc national des Everglades. Ils sont plutôt peureux et essayeront dans la plupart des cas de s’échapper si vous vous en approchez.

Cependant, ils peuvent également être très agressifs, surtout s’ils estiment que leur progéniture est menacée. Il faut donc toujours rester à une bonne distance de ces reptiles à la mâchoire incroyablement puissante et ne jamais les provoquer.

Les pumas

dangers

Localisés dans une dizaine d’États de l’Ouest américain, principalement dans la région des montagnes Rocheuses, les pumas sont également présents en Floride. Ces animaux sauvages ne voient pas l’humain comme une proie, leurs attaques restent donc extrêmement rares. Toutefois, pour minimiser les risques, il est conseillé de ne pas se promener au crépuscule ou à l’aube qui sont deux périodes durant lesquelles les pumas sont en chasse.

S’il vous arrive de rencontrer un animal agressif, notamment s’il est affamé, il faudra alors se faire le plus imposant possible en ouvrant par exemple sa veste ou en levant les bras. Ne vous baissez surtout pas et n’essayez pas de faire le mort afin de faire comprendre au puma qu’il ne fait pas face à une proie, mais plutôt à un danger potentiel.

Les ours

dangers

Deux espèces d’ours cohabitent aux États-Unis, principalement en Alaska, en Idaho, dans le Montana et le Wyoming : les ours noirs et les grizzlis. Ces animaux sauvages sont très présents notamment dans les parcs nationaux de l’Ouest américain comme celui de Yellowstone, du Grand Téton et de Yosemite. Même s’ils sont considérés comme des animaux féroces, les ours et les grizzlis ne devraient probablement pas vous attaquer à moins qu’ils ne se sentent menacés. Toutefois, pour éviter une mauvaise rencontre, il est conseillé d’être le plus bruyant possible en criant et en tapant des mains afin de signaler sa présence à l’animal et réussir à le faire fuir.

Si vous vous retrouvez nez à nez avec un ours, gardez votre calme, ne le regardez pas dans les yeux, et surtout ne lui tournez jamais le dos car l’animal pourrait vous prendre pour une proie. Il faudra alors reculer tranquillement jusqu’à ce qu’il parte. Inutile de courir, l’ours vous rattraperait facilement, et ne montez pas non plus à un arbre, cet animal étant un excellent grimpeur.

Si jamais l’ours s’approche de vous, il faudra faire le mort en vous couchant ventre à terre, les jambes écartées et les mains derrière la nuque afin de vous protéger la tête. Si l’ours vous attaque, cela signifie qu’il est passé d’un comportement défensif à celui de prédateur et dans ce cas défendez-vous en lui lançant au museau tout ce qui vous passera par la main. Il est par ailleurs préconisé d’acheter, ou de louer, une bombe au poivre (bear spray) dans les centres d’informations touristiques des parcs nationaux qui vous donneront les conseils nécessaires en cas de rencontre. Un répulsif qu’il faudra toujours avoir à portée de main.

Les bisons

dangers

Les bisons font partie des animaux sauvages dont la rencontre est la plus dangereuse pour les visiteurs de différents parcs nationaux américains, notamment celui de Yellowstone. Ils ne sont pas carnivores, mais les bisons peuvent attaquer les humains en cas de provocation ou s’ils se sentent en danger.

Même s’ils peuvent sembler lents et plutôt calmes au premier abord, les bisons sont tout à fait capables de surclasser les humains en vitesse, puisqu’ils peuvent courir à près de 50 kilomètres par heure. Ces animaux sauvages ne doivent donc jamais être approchés. Les rangers préconisent de se tenir à une vingtaine de mètres d’eux.

Les serpents

dangers

Le territoire américain abrite de nombreuses espèces de serpents dont certaines sont venimeuses :

 

  • Le serpent corail est rencontré dans les États du Sud entre la côte Est et le Texas.
  • Le mocassin à tête cuivrée se trouve dans la plupart des États de l’Est depuis le Massachusetts jusqu’à la Floride.
  • Le mocassin d’eau, très présent dans le Sud-Est des États-Unis, est rencontré généralement dans ou près de l’eau, en particulier dans des lacs peu profonds, des ruisseaux et des marais.
  • Le serpent à sonnette, quant à lui, est le plus répandu avec différentes espèces qui peuvent être rencontrées sur tout le territoire américain.

Afin d’éviter toute morsure lors d’une randonnée dans la nature sauvage américaine, il est préférable d’être attentif à son environnement. Même si le risque d’une morsure est infime, la plupart se produisent si un randonneur met le pied sur un serpent ou s’assoit dessus. Il est donc conseillé de ne pas s’écarter des sentiers balisés pour apercevoir plus facilement le reptile, et d’utiliser un bâton de marche afin d’avertir l’animal de sa présence.

Si vous voyez un serpent sur votre chemin, évitez-le simplement et éloignez-vous de lui le plus possible. En cas de morsure, appelez rapidement un médecin. Sachez aussi qu’une pompe à venin glissée au fond de votre sac à dos peut également s’avérer très utile.

Les moustiques

dangersPlusieurs maladies transmises par les moustiques, comme la fièvre du Nil, sont observées principalement dans les États du Colorado et du Dakota du Sud. Même s’ils ne sont pas forcément vecteurs de maladies, les moustiques gâchent bien souvent le séjour. Les mesures de protection contre leurs piqûres sont donc indispensables, surtout dans les zones marécageuses. Lors d’une randonnée, prévoyez un voile moustiquaire imprégné pour vous protéger le visage et des produits répulsifs. 

Les tiques

dangersPrésents dans les régions américaines très boisées et humides, les tiques peuvent transmettre plusieurs maladies comme la fièvre pourprée des montagnes Rocheuses, surtout dans l’Ouest américain, ou encore la maladie de Lyme, dans les États du Nord et du Nord-Ouest des États-Unis.

Ainsi, des précautions contre les morsures de tiques s’imposent durant les randonnées en pleine nature. Portez de préférence des vêtements avec manches longues et un pantalon, mais aussi des chaussettes et des chaussures montantes. Il est également très utile d’utiliser des produits répulsifs, et d’avoir dans son sac à dos un tire-tique en cas de morsure. 

Les rongeurs

dangersMéfiez-vous des petits rongeurs comme les écureuils terrestres notamment qui sont présents sur tout le territoire américain et qui peuvent mordre et provoquer la pasteurellose, une maladie infectieuse qui nécessite un traitement antibiotique dans les heures qui suivent la morsure.

Nature sauvage américaine : quelques consignes pour éviter les dangers

Pour le camping

Lors d’un séjour en camping, pour n’avoir aucun problème avec la faune sauvage, il est préconisé de ne laisser aucun aliment ou déchet sans surveillance. Enfermez toute nourriture dans les coffres sécurisés prévus à cet effet sur les différents sites de camping. Ne laissez jamais de produits alimentaires dans votre tente ou dans votre voiture, même fermée, puisque les ours notamment sont capables d’arracher une portière afin de parvenir à s’emparer d’un butin.

Il est par ailleurs interdit de nourrir les animaux sauvages qui pourraient alors devenir dépendants de la nourriture humaine. Une situation dangereuse autant pour les humains que pour la faune sauvage. En cas de non respect de cette réglementation, si vous êtes pris en flagrant délit, vous vous exposez à une amende pouvant s’élever à plusieurs centaines de dollars.

Pour la traversée de paysages désertiques

Dans la vallée de la Mort notamment c’est l’extrême chaleur qui est l’un des dangers majeurs. Là aussi, les règles élémentaires de bon sens et le respect des consignes données par les rangers s’imposent. Il est déconseillé de faire une randonnée entre 10 heures et 17 heures durant l’été. Prévoyez également un litre d’eau par heure de marche au minimum ainsi qu’un chapeau et de la crème solaire.

Pour les activités aquatiques

En raison de fortes crues en Alaska notamment, à partir du mois de mai jusqu’à la fin du mois d’août, les activités en eaux-vives dans les rivières de cet État comme la pêche et le rafting présentent un danger de noyade. Il est donc conseillé de se renseigner localement avant de se livrer à ces activités.

Soyez vigilant par ailleurs si vous arpentez les canyons de l’Ouest américain comme ceux du parc national de Bryce Canyon et de Zion. Ces régions peuvent être touchées par des crues soudaines dues à un orage qui se produit en amont du bassin versant du canyon. Là encore, pensez à vous renseigner localement avant de vous y aventurer.