La Pacific Coast Highway – Une des plus belles routes du monde

2
716
Pacific Coast Highway
Pacific Coast Highway

La California State Route 1, ou sous son nom le plus connu, la Pacific Coast Highway est sans nul doute une des plus belles routes du monde. Elle s’étire le long du Pacifique, de Capistrano Beach à 100 kilomètres au sud de Los Angelès, à Legget à 350 kilomètres au nord de San Francisco. En tout, ce sont donc près de 900 kilomètres qui vous offriront des points de vue à couper le souffle, une côte déchiquetée par l’océan Pacifique, des plages magnifiques, des falaises, des réserves naturelles où la flore et la faune sont exceptionnelles.

Vous trouverez sur le trajet de la Pacific Coast Highway, les plus belles villes touristiques de la côte californienne. Deux à trois jours sont à prévoir entre Los Angeles et San Francisco et si vous voulez éviter le brouillard fréquent en été, les périodes les plus propices sont le printemps et l’automne.

Vous êtes sujet au vertige… un conseil ! Empruntez la route du sud au nord car la trajectoire sinueuse à flanc de montagne, surtout à l’approche de San Simeon, risque de vous donner quelques sueurs froides.

Alors, n’hésitez pas et faites-vous plaisir, ce n’est pas pour rien que les californiens, la surnomment California Dream Road.

Un peu d’histoire de la Pacific Coast Highway :

La construction de la Route 1 débute en 1919, grâce au docteur John L.D. Roberts. A cette époque, pas de route pour se rendre de Monterey pour visiter ses patients, les déplacements se font à cheval. Aussi, ayant mis plus de 4 heures pour se rendre de Monterey à Point Sur, 20 km plus au sud sur la côte pour soigner des blessés suite à un naufrage, il a mis tout en œuvre et alerté les politiques pour qu’une route soit construite.

Construire une route le long de l’océan s’est révélé un exploit.

Estimée à 1,5 millions de dollars, la construction débute en 1921 grâce à des fonds fédéraux et le premier tronçon voit le jour entre Carmel et San Simeon. La construction nécessite beaucoup de main d’œuvre et ce sont des prisonniers qui seront contraints d’effectuer un dur labeur en échange de 35 cents de l’heure et d’une réduction de peine. Le coût initial a largement été dépassé, puisque il aura fallu 10 millions de dollars et 19 ans pour terminer la Californian Dream Road.

Sur le parcours :

Sans compter les deux villes mythiques que relie la Pacific Coast Highway San Francisco et Los Angeles, ce trajet est ponctué par de nombreux sites touristiques incontournables de la Californie. Des villes bien sûr, mais aussi des missions espagnoles, des réserves naturelles, des musées, il y en a pour tous les goûts.

Les villes au départ de Los Angeles

Santa Monica :

Santa Monica, quartier résidentiel de Los Angeles au bord du Pacifique, où se pressent les amateurs de surf, de bars et restaurants branchés. Faites un tour sur les deux incontournables jetées datant de 1909 et 1916, dont l’une avec une fête foraine et arpentez la Third Street Promenade où restaurants et bars vous attendent. Et pourquoi pas une visite culturelle dans un des plus grands complexes culturels du monde, le Getty center où de nombreuses œuvres d’art et de beaux jardins sont à votre disposition.

santa monica

Voilà, vous avez arpenté Hollywood Boulevard, visité le Chinese Theater, posé vos mains dans les empreintes des stars ou bien vous avez traversé les USA d’est en ouest par la mythique Route 66, vous êtes là où il faut pour débuter votre périple, face au Pacifique. La Route 66 fini sa course sur la Route 1 en face du pier, alors, tournez à droite et hop en route pour San Francisco. vous ne quitterez plus l’océan Pacifique et vous laisserez séduire par les magnifiques sites poncuant la Pacific Coast Highway.

Malibu

Une courte halte suffira après les premiers 30 km le long de l’océan. Vous êtes à Malibu, adresse de stars et magnifiques plages de sable blanc s’étirant sur plus de 40 km. C’est une station balnéaire dont beaucoup des maisons de célébrités ou d’inconnus aisés sont coincées entre la Pacific Coast Highway et les rouleaux de l’océan. Côté route, pas grand-chose à dire, l’arrière des maisons alignées les unes à côté des autres n’a rien d’extraordinaire et l’architecture n’est pas ce qu’il y a de plus beau, mais côté plage, on apprécie mieux le choix des propriétaires. Même si les maisons sur pilotis ne sont pas des plus belles, on a l’impression de ne faire qu’un avec l’océan tant les maisons sont proches de l’eau et offertes aux embruns et aux somptueux couchers de soleil. Descendez sur la plage et longez le bord de mer.

Malibu
Malibu

Cet endroit attire beaucoup de touristes, aussi, après l’alignement des villas… vous verrez, l’alignement de dizaines de camping-cars, stationnés face à l’océan… difficile de trouver un petit coin pour s’y garer.

Vous avez encore un peu de temps, alors, visiter la magnifique et incroyable villa Getty sur les hauteurs juste avant d’arriver sur Malibu, randonner dans le Malibu Creek State park et les Santa Monica Mountains National Recreation Area ou bien essayez-vous au surf, en prenant garde aux requins bien sûr.

Santa Barbara

107 km séparent Malibu de Santa Barbara, mais vous aurez l’impression que vous avez changé de continent.

Son doux climat tout au long de l’année et son ensoleillement font que l’on surnomme Santa Barbara la « Riviera américaine ». Disposant d’une architecture de style espagnole cette belle station balnéaire réputée est lovée entre l’océan, les Santa Ynes mountains et Los Padres National Forest. Une journée sur Santa Barbara ne sera pas de trop pour appréhender tous ses trésors, alors prévoyez d’y rester une nuit.

Bien que reconstruite en partie après le tremblement de terre de 1925, de nombreux bâtiments de l’époque espagnole sont encore visibles, notamment le Présidio, édifice militaire datant de 1782. Une visite s’impose également à la Santa Barbara courthouse édifiée en 1929 d’où vous pourrez admirer du haut de sa tour, la beauté de la ville bordée par l’océan et nichée aux pieds des montagnes.

LA visite incontournable, reste la Mission de Santa Barbara, considérée comme la « reine des missions ». Construite en 1786, elle a été à plusieurs reprises reconstruite par endroits suite aux séismes récurrents dans la région. L’atmosphère qui règne dans ses jardins est emprunte de quiétude et de sérénité.

Mission de Santa Barbara
Mission de Santa Barbara

Nul doute que vous ne resterez pas insensibles au charme du centre ville avec ses rues fleuries et ses maisons en adobe, au Stearns Warf, jetée en bois bâtie en 1872 et qui fut la première de la côte ouest où se pressent, les locaux, les pêcheurs, les contemplatifs de la mer et bien sûr vous touristes !

Des nombreux musées, aux restaurants, boutiques et galeries d’art qu’offre cette charmante ville, petits et grands seront satisfaits.

Pismo Beach

Station balnéaire plaisante, dont l’attraction principale est le Monarch Butterfly Grove où d’octobre à février des colonies de papillons Monarch viennent passer l’hiver à l’abri de magnifiques eucalyptus.

Morro Bay

A 2h30 de route de Santa Barbara, cette petite ville vaut un arrêt. Face à l’océan et à son « Gibraltar » californien, le Morro rock, neck volcanique haut de 177 m, cette halte sera agréable. Et si une baignade revigorante vous tente dans l’eau froide du Pacifique, restez vigilants car les requins apprécient eux aussi les eaux californiennes.

Morro Rock à Morro Bay
Morro Rock à Morro Bay

San Simeon

Une cinquantaine de kilomètres après Morro Bay, venez observer les milliers d’éléphants de mer venus de l’Alaska pour profiter de la quiétude de la plage Piedras Blancas et se reproduire de décembre à mars. Vous ne serez pas en reste, car même durant la saison estivale vous aurez le plaisir de les voir se chamailler ou bien se dorer la pilule au soleil serrés les uns contre les autres.

Une visite incontournable, le Hearst Castle, une propriété gigantesque qu’a fait construire un magnat de la presse, William Randolph Hearst sur les hauteurs de San Simeon. Inaugurée en 1947 après 28 ans de construction, vous serez séduits par ses jardins, son architecture extérieure, ses innombrables pièces, sa décoration qui peut sembler parfois excessive et les œuvres d’art qu’elle abrite.

Big sur

La Pacific Coast Highway ayant subi les assauts destructeurs du début d’année 2017 et les coulées de boues gigantesques, les spectaculaires vues de Big Sur ne sont plus accessibles par celle-ci. Un des principaux ponts, le Pfeiffer Canyon Bridge est en cours de reconstruction et la date de réouverture de la route n’est pas encore définie. Pour poursuivre votre périple vers le nord, il vous faudra emprunter la route 46 au sud de San Simeon, puis la 101 pour contourner ces travaux.

Big Sur
Big Sur

Point Lobos

Depuis San Simeon, vous aurez environ 250 km à parcourir sur la Pacific Coast Highway pour arriver sur ce somptueux site sauvage qu’est la réserve d’état Point Lobos classée trésor national dès 1968. La végétation et la faune y sont impressionnantes. Vous y verrez des lions de mer, des oiseaux, des phoques, des loutres et de magnifiques arbres penchés et sculptés par le vent. Pour en apprécier les lieux, 2 à 4 heures sont idéales en empruntant les chemins de randonnées.

Point Lobos
Point Lobos

Monterey

Ancien port de pêche aujourd’hui dédié aux touristes avec ses innombrables boutiques, Monterey sera sans doute une dernière halte pour la nuit sur la Pacific Coast Highway avant d’arriver au but final qu’est San Francisco. LA visite à ne pas manquer est le Monterey Bay Aquarium, qui depuis son ouverture en 1984 fait découvrir l’environnement naturel de la baie. Avec ses 7500 litres d’eau de mer pompés par minute directement dans l’océan, ses bassins accueillent une multitude d’espèces, allant du poulpe géant à la plus petite des méduses. Une visite riche de souvenirs pour tous.

Carmel

Près de 200 km séparent cette charmante petite bourgade hors du temps de l’impressionnante ville de San Francisco. Se promener dans les rues où les petites maisons toutes plus étonnantes les unes que les autres font de Carmel un endroit où il fait bon vivre.

Carmel
Carmel

Parfois le charme désuet des maisons peut surprendre, on ne s’attend pas à cela en Californie. Bon nombre d’artistes, d’écrivains y ont séjourné, peut-être y ont-ils puisé de l’inspiration. De nombreux restaurants, boutiques de luxe et galerie d’art font de Carmel une ville agréable mais néanmoins au budget un peu élevé.

Allez flâner du côté de la plage de sable blanc et baladez-vous le long des sentiers de randonnée qui offrent de magnifiques points de vue.

La superbe plage de sable blanc de Carmel

A ne pas rater également, la Mission de Carmel qui comme celle de Santa Barbara est un lieu paisible de style mauresque et aux jardins exquis donnant sur le Pacifique.

Il ne vous reste plus qu’à terminer votre trajet jusqu’à San Francisco sur la Pacific Coast Highway.

Hébergements : Tout le long du trajet, des hôtels, motels, camping sont présents

Liens :

 

JeParsAuxUsa recommandeAgence Usa Back Roads

2 Commentaires