Joshua Tree, le parc désertique

Devenu récemment parc national, Joshua Tree est un site façonné par les vents, les pluies et les conditions climatiques extrèmes qui règnent dans la région. Ce paysage désertique et pas comme les autres a, on le comprend, attiré des foules à la recherche d'isolement, d'inspiration ou de mysticisme.
Devenu LA retraite hippies et l’épicentre culturel de nombreux artistes musicaux dans les années 70, la légende s'est peu à peu construite autour de Joshua Tree et l'a rendu célèbre.
Si le parc ne fait aujourd’hui pas partie des circuits touristiques fréquentés, il est encore un lieu de rendez-vous pour des musiciens, amateurs de musique et nostalgiques de cette période créatrice. Outre cela, Joshua National Park vaut le détour car il ne ressemble à aucun autre ! Aride, sauvage, inhabité, la somptuosité des lieux vous prend à la gorge et vous laissera pas indifférent.

> Présentation du parc


Situé à plus de 250 km à l’est de Los Angeles, ce parc a été nommé d’après l’arbre qui le symbolise et qui ne pousse que dans la région, le Joshua Tree (appelé aussi yucca). Pour la petite histoire, Le nom a été donné par les Mormons, qui crurent apercevoir la silhouette dans un arbre…
Cet espace de près de 3199 km2 s’étend sur de hauts plateaux et terres désertiques.

Peu fréquenté par les touristes, il est surtout connu pour avoir attiré une génération de hippies qui venait s’y ressourcer et puiser leur inspiration. De nombreuses stars de la musique s’y sont également ‘recueillies’ : Rolling Stones, Jimi Hendrix, les Eagles, etc. Un album des U2, au titre éponyme, a également rendu hommage à ce lieu mythique. Et si le parc a attiré un tel public, c'est parce qu'avec ses caractéristiques : isolement, nature sauvage, aridité et silence assourdissant, il présentait des conditions idéales pour composer, écrire, méditer, se ressourcer. Sans compter cette ambiance unique qu'il dégage, et cette impression que l'endroit n'a pas bougé depuis des siècles. Encore maintenant, quelques artistes s'y retrouvent et vous pourrez tomber, au gré d'une balade, sur du land art.

Que faire d'autre en effet, puisque rien -ou presque- ne semble y vivre? Du fait de son climat, le parc est en effet exempt de présence humaine tandis que la faune, bien que présente, reste rare et de petite taille. Vous y trouverez cependant quelques chèvres, écureuils, rats kangourous, pumas, mais aussi, quelques coyotes qui animent les nuits en hurlant à la mort - charmant... et si vous êtes chanceux, vous tomberez  un mouflon d’Amérique ou une tortue du désert !

Mais il ne faut pas que cette description vous rebute, car même si vous n'êtes pas nostalgique des années 70 ou si l’environnement désertique paraît monotone, Joshua Tree mérite une visite. C’est en effet un fabuleux site pour randonner (mais pas en plein été), faire de l'escalde, mais aussi pour admirer les multiples espèces d’oiseaux et des panoramas splendides, car outre ce désert, vous y trouverez en effet quelques paysages plus inattendus :

- D’un côté le désert des Mojaves, au nord du parc. C’est dans cette partie que vous trouverez les fameux Joshua trees, espèce que vous ne trouverez qu’ici. Au nord-ouest, le paysage est fait de collines rocailleuses, vides de végétation. C’est devenu une destination populaire pour l’escalade. On y trouve de fabuleuses formations rocheuses, comme les Giant marbles.
- Le désert du Colorado, s’étend au sud et à l’est du parc, en dessous de 910 mètres d’altitude. Cette partie est peuplée de yuccas, de cactus cholla et d’ocotillo. Elle s’ouvre également, au sud-est, sur la vallée Coachella, recouverte de prairies au sol sableux, et qui abrite quelques dunes de sables. 
- A l’ouest, on peut trouver un troisième écosystème, les Little San Bernardino Mountains, qui culminent à plus de 1200 mètres d’altitude et sont recouvertes de genévriers et pins pinion. 


Black Rock Canyon : situé au nord-ouest du parc, vous y trouverez un canyon entouré de Joshua trees, de genévriers,  de cactus cholla et tout un tas d’espèces du désert. Le site est somptueux en plein printemps, lorsque les cactus sont en fleurs. Pour visiter, n'hésitez pas à emprunter le Hi-View Nature Trail, avec un guide d’interprétation.
D'autres sentiers de randonnée valent également le détour : Eureka Peak, Panorama Loop et Warren Peak, d'où vous aurez un point de vue splendide sur les sommets de San Jacinto et San Gorgonio, ou encore le California Riding and Hiking Trail, à Black Rock.

Cottonwood Spring Oasis : une vraie oasis, aux allures paradisiaques dans cet environnement hyper aride. Le Cottonwoods, un cactus avec des fleurs aux faux airs de coton (d’où le nom), donne un aspect plus « luxuriant ». Située à quelques kilomètres de l’entrée sud du parc, cette zone parcourue par un ruisseau fut fréquentée par les Indiens Cahuilla, quelques objets (pots en terre, outils) y furent d'ailleurs découverts. Cottonwood Spring Oasis fut également une étape importante pour les chercheurs d’or qui avaient besoin d’eau pour boire mais aussi pour le tri de l’or, on y retrouve d'ailleurs quelques restes d'installations. D'autres ruines sont aussi visibles à Lost Horse MineMoorten’s Mill ou à Winona Mill Site.

La faille de San Andreas : oui, vous allez tomber dessus (attention à ne pas tomber dedans) puisqu'elle traverse le parc!

Covington Flats : c’est ici que vous trouverez les plus grands Joshua trees, genévriers et pins à pignons. C’est aussi le point de départ pour se rendre à Eureka Peak.

Indian Cove : situé dans la partie nord du Wonderland of Rocks, c’est une partie très reculée. De là part un très beau sentier, le Indian Cove Nature Trail à partir duquel vous pourrez admirer diverses plantes, des animaux et des habitations indiennes saisonnières. Vous trouverez ici de nombreux yuccas et des formations rocheuses couleur sable fabuleuses. Si vous avez un peu de chance, vous apercevrez aussi des tortues du désert…

Keys View : c’est une destination populaire, au sommet des montagnes San Bernardino, et qui offre une vue panoramique sur la Coachella Valley. Vous y accédez à partir de la Keys View Road.

Skull Rock : une incroyable formation rocheuse, en granit, que l’eau a creusée si bien qu'elle a aujourd'hui l’apparence d’un crâne humain.

Un peu d’histoire
La région a été occupée il y a déjà 5000 ans par les Indiens Pinto (dont on a retrouvé des traces). Ils furent suivis par les Indiens Serrano, Chemehuevi et Cahuilla. Dans les années 1800, cow boys et mineurs se sont installés pour faire paître les troupeaux et chercher des métaux précieux. On découvrit de l'or vers 1875, de sorte que quelques installations sommaires y furent construites, mais le filon n'était pas assez important pour durer.

Quelques colons tentèrent également d’apprivoiser la terre, les groupes se succédèrent, laissant chacun derrière eux des traces de leur passage : petites cabines de bois, puits, etc. Le parc abrite 88 sites archéologiques.
La région est devenue un monument national en 1936 et n’a gagné sons statut de parc national qu’en 1994.


Un peu de géologie
Le parc a été créé pour protéger les ressources naturelles uniques de cette région, située au croisement de trois écosystèmes.

Les formations rocheuses ont été formées il y a 100 millions d’années, par refroidissement de lave. Jusqu’en 1930, le climat était plus humide.
Il s’est ensuite asséché du fait du Dust Bowl, période de tempêtes de sable et de poussières qui sévit durant les années 30 dans tout le sud des Etats-Unis.


> Visiter le parc en une demi- journée

Arpentez la route principale du parc et prenez l’un des douze sentiers d’interprétation (Cholla Cactus Garden, Arch Rock, Skull Rock) qui bordent cette route. A partir de Keys View, par temps clair (disons si Los Angeles n’est pas trop pollué), vous pourrez peut-être apercevoir le Mexique.

> Visiter le parc en 1 jour

Empruntez la route et faites une grande balade : Mastodon Peak à partir du Cottonwood Campground, ou Lost Palms Oasis trail à partir de Cottonwood, fait à peu près 12 km .
A partir de Covington Flats, tentez l’Eureka Peak, (6,2 km aller).

C’est aussi un très bon endroit pour vous essayer à l’escalade ou la varap.

> Coté pratique

Comment s'y rendre
Joshua Tree National Park est à environ 225 km à l'est de Los Angeles et 346 km au sud-ouest de Las Vegas. Vous pouvez vous y rendre depuis l'Interstate 10 et la Highway 62 (Twentynine Palms Highway). 

Il existe trois entrées :
• L'entrée ouest, située à quelques kilomètres de l'intersection entre la Highway 62 et Park Boulevard dans Joshua Tree Village.
• L'entrée nord, se trouve dans Twentynine Palms, à quelques kilomètres de l'intersection entre la Highway 62 et Utah Trail.
• L'entrée sud, à Cottonwood Spring, accessible à partir de l'Interstate 10.

Tarifs
Les entrées sont valides pendant 7 jours consécutifs.
Entrée individuelle (personne, vélo, moto, cheval): 5 $.
Entrée par véhicule : 15 $.
Pass annuel :
30 $.  

Horaires d’ouverture
Le parc est ouvert tous les jours de l’année, et fermé quelques jours fériés (se renseigner).
Il existe quatre Visitor Centers dans le parc : Joshua Tree Visitor Center, Oasis Visitor Center, Cottonwood Visitor Center et Black Rock Nature Center. Ils sont tous très bien documentés. Chacun possède des horaires d’ouverture et de fermeture particulières. 

Quand le visiter 
Choisissez le printemps pour visiter Joshua Tree, en mars et avril, car l'été, c'est une fournaise! Le printemps, c'est aussi la période où les cactus sont en fleurs. Magnifique! Dans tous les cas, c'est un environnement désertique donc n'oubliez pas de prendre de l'eau! Des consignes de sécurité sont à respecter.

Se loger (quelques bonnes adresses) 
Il n'existe pas d'hébergement touristique dans le parc, mais vous en trouverez à Palm Springs, La Quinta ou Desert Hot Springs. Il en va de même pour les restaurants.

Camping
Il existe dans le parc neuf sites aménagés pour le camping. Chacun d'eux est équipé pour accueillir au maximum six personnes, trois tentes et deux voitures : Belle, Cottonwood, Hidden Valley, Jumbo Rocks, Ryan, White Tank, Black Rock, Sheep Pass et Indian Cove campgrounds. 

Utile 
Carte du parc et des routes en été
Carte du parc et des routes en hiver

> La galerie photos des incontournables de ce parc

 

Barker Dam

Cactus Cholla

Skull Rock

Plaine désertique

Formation rocheuse

Cactus

Lost Horse Mine trail

Yuccas

Red Rock Canyon

Indian Cove

 

> A proximité

Parc national de Death Valley
Mojave National Preserve
Los Angeles
  

Copyright photos : Wikipédia, DB's travelsDennisSylvesterHurdrjcoxXavier de JauréguiberryTHe Javelinasborisov,  rheauchyr, Josh Hawley, Fotolia.

 

EN PARLER SUR LE FORUM 
 

Découvrez ce parc national avec Google.

Javascript is required to view this map.